Chapelle de Gabet

chapelle située en Vaucluse, en France

Chapelle de Gabet
Image illustrative de l’article Chapelle de Gabet
Présentation
Culte Catholique
Type Chapelle mortuaire
Rattachement Diocèse d'Avignon
Début de la construction XIXe siècle
Style dominant Néo classique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Ville Orange
Coordonnées 44° 08′ 46″ nord, 4° 44′ 44″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chapelle de Gabet
Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/provence-alpes-Côte d'Azur]]
[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/provence-alpes-Côte d'Azur|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/provence-alpes-Côte d'Azur]])|class=noviewer]]
Chapelle de Gabet
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
(Voir situation sur carte : Vaucluse)
Chapelle de Gabet

La chapelle de Gabet est le lieu de sépulture situé à Orange pour les personnes guillotinées au cours de la Révolution française.

HistoriqueModifier

Cette chapelle est due à l'initiative de Pierre Millet[1], de Gabet, qui finança sa construction en 1832, sur les fosses où les victimes de 1794 avaient été jetées pêle-mêle, et recouvertes de chaux vive. C’était sous le règne de la Terreur.

Le tribunal établit, sous le nom de Commission Populaire, siégea du au  ; il tint 44 séances, rendit 595 jugements, prononça 147 acquittements, condamna 116 prévenus à la prison et 332 à la peine de mort. Parmi ces derniers, 36 membres du clergé, 32 religieuses, et 264 autres personnes appartenant à divers corps de métiers, 43 cultivateurs ou journaliers, 13 cordonniers, 12 femmes dont 6 veuves, 11 ouvriers de soie, 3 cardeurs de laine, 6 orfèvres, 6 charpentiers, menuisiers ou charrons, 5 aubergistes, 5 tailleurs, 5 maçons, 3 boulangers, 3 Maréchaux-ferrants, 2 bouchers, 2 chapeliers, 2 cordiers, 2 meuniers, 2 selliers, 2 couturières, des fondeurs, foulonniers, messagers, pâtissiers, quincailliers, taillandiers, vanniers, relieurs, revendeurs, commis ou domestiques.

Avant d’être jugées, les victimes furent d’abord détenues, pendant un temps plus ou moins long, dans les 6 différentes prisons établies à Orange pour les recevoir :

  • La prison du cirque  ; le Théâtre romain
  • La prison des Dames  ; le Tribunal actuel
  • La prison de la Cure  ; Place du Cloître attenante à la cathédrale
  • La prison des Chièzes  ; maison des Pères Gardistes
  • La prison de la Baronne de Saunier 
  • La prison des Cordeliers  ; l’Église Saint-Florent

DescriptionModifier

La chapelle, construite en 1832, sur le terrain acquit par Pierre Millet en 1799, est de forme rectangulaire. La toiture reposse sur trois rangées de génoises[2].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Liens externesModifier