Certificat d'immigration

Certificat permettant l'immigration en Palestine lors du mandat britannique (avant 1948)

Un certificat d'immigration est un document administratif, établi par l'Agence juive pour l'immigration en Palestine, à l'époque du mandat britannique.

GenèseModifier

Les Britanniques établissent dans un livre blanc un nombre maximal de personnes pouvant immigrer en Palestine, soit 75 000 sur la période 1939-1945. Pour contrôler le nombre d'entrée, un certificat est alors nécessaire[1],[2],[3]. Il est délivré par l'Agence juive au nom des autorités britanniques[4]. En vertu d'un accord international, les détenteurs d'un certification d'immigration sont considérés comme des citoyens britanniques[5].

RéférencesModifier

  1. (de) György Vámos (trad. du hongrois par Agnes Hirschi), Carl Lutz (1895-1975) : Schweizer Diplomat in Budapest 1944 : ein Gerechter unter den Völkern, Genève, Éditions de Penthes, coll. « Suisses dans le Monde » (no 9), , 130 p. (ISBN 978-2-8847-4670-0), p. 42.
  2. (de) Jan Schneider, « Palästina als Zufluchtsort der europäischen Juden bis 1945 », sur bpb.de, (consulté le ).
  3. (de) « Auswanderung in der NS-Zeit - regionalgeschichte.net », sur auswanderung-rlp.de (consulté le ).
  4. Vámos 2012, p. 43.
  5. (de) Alexander Grossman, Nur das Gewissen, Wald, Im Waldgut, , 284 p. (ISBN 3-7294-0026-6), p. 108.

AnnexesModifier

Articles scientifiquesModifier

  • (de) Alexander Schölch, « Das Dritte Reich, die zionistische Bewegung und der Palästina-Konflikt », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, vol. 30, no 4,‎ , p. 646–674 (lire en ligne).

Articles connexesModifier