Cause finale

La cause finale est l'une des quatre causes décrites par Aristote dans l’Éthique à Nicomaque. Les quatre causes sont la cause matérielle, la cause formelle, la cause motrice et la cause finale. Celle-ci ne doit pas être confondue avec la cause première, bien qu'elle puisse lui être reliée.

La finalité aristotélicienneModifier

Aristote considérait que la cause la plus importante, parmi les quatre causes, était la cause finale, qu'il appelait aussi telos (en grec τέλος), c'est-à-dire la fin ou la finalité. Aristote distingue à ce sujet deux significations du mot « fin » : la fin comme but (qui est la finalité au sens propre) et celle comme terme (c'est-à-dire ce qui termine une série)[1]. L'étude de la cause finale s'appelle, chez Aristote, la téléologie. La cause finale fait l'objet du finalisme.

L’idée de fin domine toutes les conceptions fondamentales d’Aristote, et sert de fil conducteur à toutes ses recherches ; le principe fondamental de sa philosophie naturelle aussi bien que de son éthique et de sa politique repose sur l’idée que le bien suprême s’identifie avec la fin[2] : « Tout art et toute science, comme aussi toute activité et toute détermination volontaire, sont manifestement dirigés vers un bien[3]. » Dans le domaine des actes humains, la cause finale est ce pour quoi l'on agit, le but que l'on se donne, elle recouvre l'intention ; en tant qu’être doué d’une nature rationnelle, l’homme a pour fin immanente la perfection de la nature humaine pleinement réalisée par ses activités raisonnables[4] ; dans le domaine de la physique, les corps lourds chutent pour retrouver leur état de repos naturel (celui dans lequel ils sont ou reviennent à moins d'une intervention extérieure), la chute est due à cette cause finale. Cela ne signifie pas que les objets eux-mêmes ont des intentions, il n'y a pas d'animisme chez Aristote, cela signifie que chez lui la cause n'engendre pas obligatoirement l'effet, entendu par là qu'elle ne provoque pas le changement, qu'elle est distincte de la cause motrice.

Dans la théologie chrétienne, la cause finale de l'homme est appelée « vision béatifique » ou théosis.

Liens internesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. Aristote, Physique, II, 2, 194 a.
  2. Nicolas Kaufmann 1899, p. 282.
  3. Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 1.
  4. Nicolas Kaufmann 1899, p. 285.

BibliographieModifier

  • Nicolas Kaufmann, « La finalité dans l’Ordre moral. Étude sur la téléologie dans l’éthique et la politique d’Aristote et de saint Thomas d’Aquin », Revue Philosophique de Louvain, vol. 6e année, no 23,‎ , p. 280-299 (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2020), Suite de cet article : pages 352-370