Ouvrir le menu principal

Catherine Safonoff

Écrivaine suisse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Safonoff.
Catherine Safonoff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Catherine Safonoff, née en 1939 à Genève, est une écrivaine suisse.

BiographieModifier

Catherine Safonoff est née à Genève. Elle suit son premier mari, jeune médecin aux États-Unis. Elle écrit son premier roman dans la veine du Nouveau roman, mais ne trouve pas d'éditeur pour ce livre[1]. Après cet échec elle arrête d'écrire.

Après un intermède à Londres et un second mariage, elle revient en Suisse, où elle met au monde à peu de temps d'intervalle deux filles[2].

Elle reprend l'écriture et remporte avec son premier roman publié La part d’Esmé (1977) le prix Georges Nicole. Elle travaille ensuite comme critique littéraire pour le Journal de Genève et la Radio suisse romande. À côté, elle rédige des scénarios pour la télévision et adapte des romans au cinéma et le théâtre. Après une pause de sept ans, elle reprend l'écriture d'un roman, Retour, Retour (1984), distingué par un prix Schiller et avec lequel elle perce. Elle anime des ateliers d'écriture en prison. Ses récits sont empreints de scènes autobiographiques[3].

PublicationsModifier

  • 1977 : La Part d'Esmé, roman. Éditions Bertil Galland, Vevey
  • 1984 : Retour, retour, roman. Éditions Zoé, Genève
  • 1993 : Comme avant Galilée, roman. Éditions Zoé, Genève
  • 1996 : Le Pont aux Heures, roman. Éditions Zoé, Genève
  • 1997 : La Part du fleuve. MiniZoé, Genève
  • 2002 : Au nord du Capitaine, roman. Éditions Zoé, Genève
  • 2003 : La Tête de ma femme et autres histoires. Éditions Zoé, Genève
  • 2007 : Autour de ma mère, roman. Éditions Zoé, Genève
  • 2012 : Le Mineur et le Canari, roman. Éditions Zoé, Genève[4]
  • 2016 : La distance de fuite, roman. Éditions Zoé, Genève

Récompenses et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (de) Martin Zingg, Im Labyrinth des Alltäglichen, Neue Zürcher Zeitung, 25 avril 2013.
  2. Isabelle Rüf, L'allégresse est dans la vitesse, Le Temps, 14 avril 2007.
  3. Claire Devarrieux, « Catherine Safonoff entre lien et dénuement », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2017)
  4. (de) Claudia Mäder, Lieben und Schreiben - Catherine Safonoff: «Der Bergmann und der Kanarienvogel», Neue Zürcher Zeitung, 20 mai 2015.

Voir aussiModifier