Ouvrir le menu principal

Catherine Breshkovski

révolutionnaire russe
Catherine Breshkovsky
Breshkovskaya.jpg
Fonction
Député de l'Assemblée constituante russe de 1918
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cemetery in Chvaly (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Екатерина Константиновна Брешко-БрешковскаяVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Archives conservées par
Manuscripts and Archives Department Yale University Library (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Catherine Breshkovski (de son vrai nom Yekaterina Konstantinovna Breshko-Breshkovskaya, en russe : Екатерина Константиновна Брешко-Брешковская), née le 25 à Ivanovo, dans le Gouvernement de Vitebsk et morte le (à 90 ans) en Tchécoslovaquie, est une socialiste russe, surnommée la « grand-mère de la révolution ».

BiographieModifier

Née dans la famille noble des Verigo elle passe son enfance et adolescence aux côtés de ses frères Nicolai et Vasili. Elle termine sans difficultés le lycée pour jeunes filles et aide son père dans son entreprise de libération des paysans, la création d’écoles et de bibliothèques. En 1868 elle épouse un propriétaire terrien du nom de Breshkovski.

En 1873, à Kiev, elle rejoint un groupe de jeunes intellectuels anarchistes où elle fait rapidement impression et se rapproche d’un rassemblement dont l’un des leaders se trouve être le révolutionnaire Nikolaï Tchaïkovski.

A l’automne 1873 elle part pour un an à Saint-Pétersbourg. Sur place elle fait connaître son groupe des Tchaikovskiens et établit le contact avec d’autres associations révolutionnaires ce qui la conduit en 1874 à faire également partie du groupe des marcheurs. Avec ses camarades elle visite les comptés ruraux de plusieurs régions, notamment autour de Kiev et Kherson.

En , elle est arrêtée et envoyée de prisons en prisons.

En 1875, dans l’attente de son procès, elle se retrouve en détention à Saint-Pétersbourg, l'année suivante elle est enfermée dans la forteresse Saint Pétersbourgeoise « Pierre et Paul ».

A l’issue de son jugement elle est condamnée à cinq années de travaux forcés mais, ayant passé trois ans de sa vie en détention, elle n’aura que six mois de plus à supporter en prison.

En 1878, elle est de nouveau arrêtée mais elle organisera une évasion avec ses camarades Tyuchev, Livnyov et Shamarin. Malheureusement ils seront rattrapés et Catherine sera condamée à quatre années de travaux forcés... La peine ne sera cependant pas exécutée.

En 1891 elle devra vivre en Sibérie, elle s'installera alors à Irkoutsk de 1892 à 1896 où elle travaillera pour le journal « Eastern Review. Ensuite elle déménagera pour Tomsk puis s’installera à Tobolsk.

Du fait du couronnement de Nicolas II elle bénéficiera d’une amnistie en 1896 et sera libérée de son exil Sibérien. Elle restera cependant dans l’illégalité jusqu’en 1903 puisque son but était de propager les idées révolutionnaires dans la classe paysanne.

Elle vivra à Moscou, puis à Minsk où son jeune frère Vasili (Basile), juge de profession, la prendra sous son aile en lui permettant de travailler à ses côtés. C’est à ce moment là que Catherine participe activement à la création du parti ouvrier de la libération politique de Russie devenant également l’une des organisatrices du parti socialiste révolutionnaire. Elle réalise alors que malgré la détérioration de la situation économique les paysans sont plus instruits et plus impliqués dans la vie politique que par le passé.

Catherine n’hésite pas à soutenir des méthodes d'actions violentes et fait la connaissance en 1902 de révolutionnaires acharnés tels que Savinkov, Kaliayev et Sozonov. Les menaces d’arrestations planent de nouveau sur elle, ainsi elle s’exila à l’étranger en commençant par la Suisse.

En , elle et son camarade de lutte Zhitlovsky font un voyage aux États-Unis dans le seul but d’expliquer la position des révolutionnaires russes et de familiariser ainsi la population américaine sur la situation en Russie et les solutions qu’ils proposent pour y remédier.

Elle rentre en Russie en 1905 et continue de s’impliquer dans des activités révolutionnaires. Elle participe avec Viktor Tchernov à la Conférence de Genève de 1905,comme déléguée du parti socialiste révolutionnaire. Catherine sera de nouveau condamnée à l’exil et restera dans cette situation jusqu’à la fin de la révolution de 1917. Après la Révolution de Février 1917, les prisonniers politiques sont libérés, et elle soutiendra le gouvernement provisoire de Kerenski.

Elle ne fut pas longtemps tolérée par les autorités soviétiques en place du fait de sa proximité avec l'ancien gouvernement et dû se résoudre en 1918 à organiser son départ pour le Japon. Puis du Japon, elle vécut aux États-Unis, puis en France, puis en Tchécoslovaquie. Jusqu’à sa mort en 1934, elle ne se résoudra jamais à vivre une vie sans engagement politique et social.

Le président tchécoslovaque de l’époque Tomasz Masaryk enverra une couronne de fleurs à l’enterrement de Catherine.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier