Carmat

société française spécialisée dans les bioprothèses cardiaques

Carmat Sa
logo de Carmat

Création 30 juin 2008
Fondateurs Alain Carpentier
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : ALCAR[1]
Slogan Au cœur de la technologie
Siège social Vélizy-Villacoublay
Drapeau de France France
Direction Jean-Pierre Garnier[2], Président
Stéphane Piat, Directeur Général
Actionnaires EADS, Truffle Capital, le Pr A. Carpentier et l'ARSFAC (Association de Recherche Scientifique de la Fondation Alain Carpentier)
Activité Biomédical, Dispositif médical
Produits Bioprothèse totale cardiaque implantable, source d'alimentation pour la bioprothèse et les outils d'implantation
Effectif 70 (2018)
Site web www.carmatsa.com

Capitalisation 230 M€ (31 octobre 2020)
Résultat net -41,7 M€ en 2018 (perte)

Carmat (acronyme résultant des noms de ses fondateurs, le chirurgien cardiaque Alain Carpentier et la société Matra Défense)[3] est une entreprise française du secteur biomédical, développant un cœur artificiel orthotopique, autorégulé et bioprothétique.

SociétéModifier

Carmat est née de la rencontre, dans les années 1990, des initiateurs du projet : le professeur Alain Carpentier et Jean-Luc Lagardère (alors président de la société Matra Défense). Après plusieurs années de recherche et développement collaboratifs via un groupement d’intérêt économique (GIE Carmat), la société a été créée en juin 2008 sous forme de société par actions simplifiée (SAS) par trois actionnaires fondateurs : le professeur Alain Carpentier (apports en brevets), Matra Défense (Airbus Group) et Truffle Capital, représentée par le docteur Philippe Pouletty, dans le cadre de fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI).[réf. souhaitée]

En juillet 2010, la société entre en bourse sur le marché Alternext d’Euronext Paris et devient une société anonyme (ticker : ALCAR)[4],[5].

SecteurModifier

L’insuffisance cardiaque est une pathologie grave et souvent fatale. Au stade le plus avancé de la maladie (classe NYHA 4, Intermacs 1 à 3)[6], le seul traitement possible est la transplantation cardiaque[7]. Les critères très stricts d’éligibilité à une transplantation et l’inadéquation entre le nombre de cœurs de donneurs disponible et le nombre de patients nécessitant un traitement entraine une mortalité importante dans cette population[8]. L'objectif de la société CARMAT est de proposer une alternative crédible à la transplantation aux patients non-éligibles ayant épuisé toutes les autres options thérapeutiques.

Pour établir la crédibilité du projet en tant que traitement définitif de l'insuffisance cardiaque terminale, la société devra démontrer lors d'essais cliniques une amélioration significative du statut fonctionnel des patients (de deux classes NYHA au moins), un taux de complications acceptable, et une survie à moyen-long terme significativement supérieure à l’espérance de vie attendue dans cette population.[réf. souhaitée]

FinancementModifier

En 2009, CARMAT s'est vu attribuer une subvention de 1,5 million d'euros par le conseil général des Yvelines pour la création d’une salle blanche (environnement de production contrôlé). La même année, avec l'aval de la Commission Européenne, la société CARMAT signe avec Oséo (devenu Bpifrance) un accord lui permettant d'obtenir – au fur et à mesure du franchissement d’étapes – 33 millions d'euros pour le développement de son projet jusqu’à l’obtention du marquage CE. Cette aide est répartie entre subventions et avances remboursables en cas de succès commercial du projet[9],[10]

En juillet 2010, la société devient une société anonyme (SA) à la suite de son introduction en Bourse sur le marché Alternext d’Euronext Paris dans le but de financer son développement et de réaliser les essais cliniques du cœur CARMAT sur l'homme. Elle obtient 18 millions d’euros[11] lors de cette introduction.

En 2011, Carmat lève 29,3 millions d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital avec droit préférentiel de souscription[12].

Enfin en 2013, la société souscrit avec un organisme financier une ligne optionnelle de financement en fonds propres lui permettant de créer 200 000 actions nouvelles[13].

En juin 2014, la société participera aux "French Life Sciences Days"[14],[15] organisés par France Biotech et à la "French Touch Conference"[16] à New York, afin de rencontrer des investisseurs nord-américains spécialisés.

Le 22 décembre 2020, le cœur artificiel de Carmat obtient son marquage CE après 12 ans de travail. Cette certification autorise la commercialisation du dispositif au sein de l'Union Européenne[17]. Le cours des actions de l'entreprise en bourse réalise un bond de 38% à cette occasion[18].

DescriptionModifier

La prothèse comprend deux cavités ventriculaires droite et gauche, chacune étant séparée par une biomembrane souple en deux volumes, un pour le sang, un pour le liquide d’actionnement. Un sac externe souple contient le liquide d’actionnement et bat au rythme cardiaque.

Par actionnement hydraulique via deux groupes moto-pompes miniatures, le liquide d’actionnement déplace cette biomembrane en reproduisant le mouvement de la paroi ventriculaire du cœur humain lors de la contraction. Ce mouvement provoque l’admission et l’éjection du sang. Un dispositif électronique embarqué régule le fonctionnement de la prothèse en fonction des besoins des patients à partir d’informations données par des capteurs et traitées par un microprocesseur, pour obtenir le débit sanguin nécessaire sans augmenter systématiquement la fréquence de fonctionnement.

Un système d’alimentation, de suivi et de contrôle à l’hôpital et un système d’alimentation et de communication porté pour le retour à domicile du patient sont aussi prévus[19].

La technique d’implantation est très proche de celle d’un greffon cardiaque : un dispositif d’interface biocompatible est suturé aux oreillettes, puis la prothèse est encliquetée sur ce dispositif[20],[21].

Le développement du cœur total artificiel a conduit CARMAT à détenir à ce jour 10 brevets en nom propre (à l'Office européen des brevets) concernant notamment la création de matériaux hémocompatibles et leurs utilisations dans un cœur artificiel total.

Le fonctionnement du matériel est présenté en vidéo[22].

Premiers essaisModifier

Les premiers essais ont lieu les 19 et 27 juin 1989 à l'Hôpital Broussais sur des veaux. Les deux premiers sont des échecs car les veaux ne survivent pas à l'opération mais le deuxième permet de connaître la cause de ces échecs et le 15 mai 1991 le cœur bat in vivo. Le professeur Carpentier était accompagné de Claude Wartelle, un ingénieur qui avait proposé que le cœur soit équipé d'un piston à actionnement hydraulique[23].

Essais cliniquesModifier

Initialement prévus fin 2011, les essais cliniques ont débuté 2 ans plus tard, bien que le Comité de Protection des Personnes (CPP) ait délivré un avis favorable dès novembre 2011[24]. Un premier délai était dû à des difficultés de mise en place de la production[25]. En , Marcello Conviti, directeur général du groupe, espérait que le dossier complet de demande d'essais serait soumis à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, anciennement Afssaps) avant la fin 2012, pour un lancement d'ici des premiers essais cliniques, sous réserve de l'accord des autorités[26],[27].

L'ANSM requiert des résultats complémentaires de tests sur animaux[28]. Des essais sont réalisés sur 12 veaux, de Janvier à Juin 2013[29]. Tous les veaux décèdent ou sont euthanasiés pour cause de complication dans les 10 jours qui suivent l'implantation: embolies gazeuses, ischémies, hémorragies internes dues à des fuites au niveau des sutures, insuffisance rénale par nécrose tubulaire aiguë, septicémie ou obstruction mécanique de l'orifice atrio-ventriculaire. Malgré ces résultats, publiés dans une revue à comité de relecture en 2015[29], pouvant faire craindre des risques importants pour la survie à court terme des patients et ne fournissant aucune information sur la sécurité à long terme, l'ANSM approuve un essai de faisabilité portant sur 4 patients en septembre 2013[30].

Première phaseModifier

L'objectif de cette première phase est la survie à 1 mois de ces 4 patients.

1) Le , un premier cœur artificiel est implanté par les équipes des professeurs Christian Latrémouille et Daniel Duveau (CHU Nantes) à l'Hôpital européen Georges-Pompidou à Paris[31]. Le patient décède le dimanche 2 mars 2014, 74 jours après l'implantation, soit au-delà du critère de 30 jours de survie requis par le protocole clinique approuvé par l'ANSM[32]. À la suite du décès, l'essai est suspendu pendant l'analyse approfondie des nombreuses données enregistrées durant l'implantation du premier cœur[33],[34] et CARMAT a repris les essais cliniques en juillet 2014.

2) Une deuxième implantation a eu lieu le au CHU de Nantes[35], information confirmée par CARMAT le [36]. Le 19 janvier, on apprend par une déclaration de CARMAT, que le 2e patient — un homme de 68 ans atteint d'insuffisance cardiaque terminale — était sorti de l'hôpital[37]. Il est décédé le 2 mai 2015 après une survie de 9 mois.

La société a déclaré à plusieurs reprises qu'elle ne communiquerait pas sur les résultats de l'étude clinique en cours pour se conformer aux bonnes pratiques cliniques[35],[38].

3) Implantation, le , d'une 3e prothèse cardiaque CARMAT par l'équipe médicochirurgicale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris[39]. Début juin, il a été annoncé que ce 3e greffé « allait bien ». Le greffé meurt le 18 décembre 2015 d'une insuffisance rénale chronique, soit 8 mois et 10 jours après l'intervention chirurgicale[40].

4) Un 4e patient est opéré à Paris le [41]. Son décès — le patient meurt de complications médicales non liées à la prothèse — est annoncé le 21 janvier 2016 au bout de 3 semaines, soit moins que l'objectif minimal de 1 mois.

Deuxième phaseModifier

Cette seconde phase prévoyait 20 à 25 greffes évaluées selon la survie à 6 mois ainsi qu'au vu des facteurs qualitatifs. L'autorisation de l'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) a été obtenue en juillet 2016.

Le 1er patient de cette 2e phase est implanté au CHU de Nantes vers le 20 août 2016. À la suite de son décès survenu le , l'ANSM suspend cet essai clinique. Le , l'ANSM autorise la reprise des essais cliniques considérant que la société Carmat a apporté des éléments permettant de reprendre l’essai dans des conditions de sécurité et de maîtrise des risques satisfaisantes[42],[43].

Afin de réaliser les 20 implantations prévues, des centres investigateurs sont ouverts dans 2 nouveaux pays. L'objectif était d'obtenir le marquage CE, avec l'aide de l'organisme de certification DEKRA, en 2020. Fin 2018, la société annonce une suspension de ses essais cliniques et de la production, après analyse des données collectées sur les onze premiers patients traités dans cette phase, afin de mettre en place des actions correctives sur sa prothèse. D'autres retards en 2020 sont liés à la crise sanitaire de la Covid-19. Au total, 13 patients sur les 20 prévus ont été implantés. Le marquage CE est obtenu le 22 décembre 2020[44].

Études ultérieures et commercialisationModifier

La capacité de production est de 350 à 400 unités par an.

La commercialisation, qui doit commencer en Allemagne dès le début 2021, est prévue au prix de 150.000 euros.

Le 22 décembre 2020, le cœur artificiel de Carmat obtient son marquage CE après 12 ans de travail. Cette certification marque l'autorisation de la commercialisation du dispositif au sein de l'Union Européenne[17].

En France, une nouvelle étude sur 52 patients, financée surtout par le ministère de la santé, doit commencer vers mi-2021. Cette étude baptisée EFICAS vise à montrer l'Efficacité et la Sécurité du dispositif.

Une étude de faisabilité est prévue aux Etats-Unis à partir de fin 2021[45].

Le 19 juillet 2021, Carmat annonce avoir vendu son premier coeur artificiel Aeson au centre hospitalier de Naples pour un montant d'environ 200 000 euros. Le coeur artificiel doit servir de relais à un patient en attente d'une greffe[46].

Comité scientifiqueModifier

La société présente un comité scientifique[47] :

ActionnairesModifier

Liste à jour le 27 avril 2019[48].

Nom Actions %
Airbus 1 333 798 14,8%
Pierre Bastid 1 291 709 14,3%
Truffle Capital 765 366 8,49%
Alain Carpentier 742 769 8,24%
Antonino Ligresti 688 881 7,64%
Cornovum 458 715 5,09%
Air Liquide Investissements d'Avenir et de Démonstration SA 76 982 0,85%
Amundi Asset Management SA (Investment Management) 34 031 0,38%
La Française Asset Management 23 500 0,26%
Medical Strategy 9 643 0,11%

Notes et référencesModifier

  1. Action ALCAR.PA
  2. « Qui est Jean-Pierre Garnier, nouveau président de la biotech française Carmat ? - L'Usine Santé », sur usinenouvelle.com/ (consulté le 29 août 2020).
  3. Acronyme de Carpentier et Matra, du nom du GIE créé en 1993. Source : Dates clés de CARMAT
  4. « Première cotation à Paris pour le titre Carmat », sur LEFIGARO (consulté le 23 juillet 2021)
  5. « Carmat : Succès de l'introduction en bourse », sur BFM Bourse, (consulté le 23 juillet 2021)
  6. http://www.uab.edu/medicine/intermacs/images/protocol_4.0/protocol_4.0_MoP/Appendix_O_Intermacs_Patient_Profile_at_time_of_implant.pdf
  7. « American Heart Association », sur www.heart.org (consulté le 29 août 2020).
  8. http://circ.ahajournals.org/content/92/12/3593.long
  9. Armelle Bohineust, « Carmat fait le pari d'un cœur artificiel français », sur Le Figaro
  10. http://ec.europa.eu/competition/state_aid/cases/229064/229064_968128_46_2.pdf
  11. « Carmat entre tambour battant en Bourse », sur La Tribune.fr, (consulté le 13 juillet 2010)
  12. « Une levée de fonds réussie pour Carmat malgré la crise boursière », sur www.boursier.com
  13. https://www.euronext.com/en/content/carmat
  14. « Journal économique et financier », sur La Tribune (consulté le 29 août 2020).
  15. « France Biotech valorise les entreprises cotées à New York », sur Les Echos Executives, (consulté le 29 août 2020).
  16. http://lafrenchtouchconference.net/programFr.html
  17. a et b « Carmat peut enfin vendre son coeur artificiel en Europe », sur Les Echos, (consulté le 26 décembre 2020)
  18. « Carmat s'envole en Bourse après avoir obtenu une certification européenne », sur Les Echos, (consulté le 26 décembre 2020)
  19. Registre OEB pour CARMAT
  20. « Cœur artificiel Carmat : comment ça marche ? », sur Futura (consulté le 29 août 2020).
  21. « Prothèse », sur www.carmatsa.com
  22. [vidéo] Le fonctionnement du cœur sur YouTube
  23. Diane Lenglet, « son cœur artificiel s'est mis à battre », la Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  24. http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/coeur-artificiel-total-carmat-avis-favorable-francais-pour-un-essai
  25. F. B., « Carmat : Quelques explications sur les décalages de planning », sur tradingsat.com, BFM Bourse, (consulté le 29 août 2020).
  26. « Carmat : Regain de spéculation, 1re implantation en janvier 2013 ? » Tradingsat, 3 octobre 2012
  27. Noëlle Mennella et Alice Cannet. « Carmat vise une 1re implantation de cœur d'ici janvier 2013 » Usine Nouvelle, 2 octobre 2012
  28. F. B., « Carmat : Quelques précisions concernant l'ANSM », sur tradingsat.com, BFM Bourse, (consulté le 29 août 2020).
  29. a et b (en) Christian Latrémouille, Daniel Duveau, Bernard Cholley et Luca Zilberstein, « Animal studies with the Carmat bioprosthetic total artificial heart », European Journal of Cardio-Thoracic Surgery, vol. 47, no 5,‎ , e172–e179 (ISSN 1010-7940 et 1873-734X, DOI 10.1093/ejcts/ezv010, lire en ligne, consulté le 13 décembre 2020)
  30. F. B., « Carmat : L'ANSM donne son feu vert pour implanter le coeur artificiel ! », sur tradingsat.com, BFM Bourse, (consulté le 29 août 2020).
  31. « Franceinfo - Actualités en temps réel et info en direct », sur Franceinfo (consulté le 29 août 2020).
  32. Pauline Fréour et Cyrille Vanlerberghe, « Le premier patient porteur d'un cœur artificiel est mort », sur lefigaro.fr, (consulté le 29 août 2020).
  33. LesEchos.fr 04/03/2014
  34. « L'essai clinique continuera après analyse des données », sur Investir (consulté le 29 août 2020).
  35. a et b Eric Favereau, « Un deuxième cœur artificiel a été implanté », Libération,‎ (lire en ligne)
  36. « Carmat confirme l'implantation d'un second cœur artificiel », sur www.lemonde.fr
  37. Thuy-Diep Nguyen, « Cœur artificiel : les incroyables enjeux financiers de Carmat », sur www.challenges.fr, (consulté le 3 février 2015)
  38. « Poursuite du recrutement dans l’essai de faisabilité du cœur bioprothétique CARMAT », sur www.businesswire.com
  39. Damien Coulomb, « Carmat : le troisième patient opéré confirmé par l'AP-HP », Le Quotidien du médecin,‎ (lire en ligne)
  40. « Cœur artificiel : décès du troisième patient implanté par Carmat », sur Les Échos
  41. Mort du 4e patient greffé du cœur artificiel de Carmat, Les Echos, le 21 janvier 2016
  42. L’ANSM autorise la reprise de l’essai clinique du Coeur Artificiel Total CARMAT chez des patients en insuffisance cardiaque terminale, le 2 mai 2017
  43. Carmat maintient son calendrier après la reprise de son essai clinique, Le Figaro, le 03 mai 2017
  44. « Carmat s'envole en bourse après l'obtention du marquage CE pour son coeur artificiel - L'Usine Santé », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 25 décembre 2020)
  45. Anne Barloutaud, « Le coeur artificiel va bientôt battre en Europe », Investir, le Journal des Finances, no 2443,‎
  46. « Carmat a vendu un cœur artificiel pour la première fois, en Italie », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2021)
  47. Comité scientifique de Carmat, Site de Carmat
  48. Zone Bourse, « CARMAT : Actionnaires Dirigeants et Profil Société | ALCAR | FR0010907956 | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le 27 avril 2019)

Liens externesModifier