Camp de concentration de Jägala

Jägala
Présentation
Gestion
Date de création août 1942
Date de fermeture août 1943
Victimes
Morts 8 500
Géographie
Pays Drapeau de l'Estonie Estonie
Coordonnées 59° 25′ nord, 25° 14′ est
Géolocalisation sur la carte : Estonie
(Voir situation sur carte : Estonie)
Jägala

Le camp de concentration de Jägala est un camp de travail de la Sicherheitspolizei estonienne en activité au cours de l’occupation allemande de l’Estonie pendant la Seconde Guerre mondiale.

HistoireModifier

Le camp est construit en août 1942 sur un ancien champ de tir de l’artillerie estonienne proche du village de Jägala[1].

Le camp est en activité jusqu’à août 1943, il est dirigé par Aleksander Laak, un Estonien nommé par les SS. Officiellement, le camp est un camp de travail ou ‘Arbeitserziehungslager’ pour des travaux dans la forêt et les champs.

Sont enfermés dans le camp des juifs d’Estonie ainsi que d’autres en provenance de Lituanie, Tchécoslovaquie, Allemagne, Pologne. Environ 3000 juifs qui ne sont pas sélectionnés pour le travail forcé à leur arrivée à la gare de Raasiku sont amenés directement à Kalevi-Liiva, lieu d’exécutions de masse géographiquement proche.

Le camp n’a jamais eu plus de 200 prisonniers. En novembre 1942, on recense dans le camp 53 hommes et 150 femmes, la plupart des prisonniers sont transférés dans la prison centrale de Tallinn. À la fermeture du camp, en août 1943, les prisonniers restants sont abattus dans le camp dont plusieurs prisonniers malades. Aleksander Laak tue plusieurs femmes dont l’une était son esclave sexuelle. Le camp est démonté en [2]. Les estimations du nombre de personnes tuées au camp de Jägala varient. Les enquêteurs soviétiques estiment le nombre de victimes de 2 000 à 3 000, tandis qu’une commission d’enquête estonienne et des chercheurs estiment le chiffre des victimes autour de 8 500[3].

RéférencesModifier

  1. (en) Anton Weiss-Wendt, Murder without hatred : Estonians and the Holocaust, Syracuse, N.Y, Syracuse University Press, coll. « Religion, Theology, and the Holocaust », , 476 p. (ISBN 978-0-815-63228-3, OCLC 751073409), p. 351.
  2. Wolfgang Benz Handbuch des Antisemitismus: Judenfeindschaft in Geschichte und Gegenwart, Volume 1. 2008. S 111.
  3. Maripuu, Meelis (2006). "Annihilation of Czech and German Jews in Estonia in 1942-1943". In Hiio, Toomas. Estonia 1940–1945. Reports of the Estonian International Commission for the Investigation of Crimes Against Humanity (PDF). Meelis Maripuu, Indrek Paavle. Tallinn: Estonian Foundation for the Investigation of Crimes Against Humanity. p. 705–715. (ISBN 9949-13-040-9).

Voir aussiModifier