Ouvrir le menu principal

Camille Dhello

mathématicien-ingénieur, homme d'affaires et homme politique congolais (RC)
Camille Dhello
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
CourbevoieVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Camille Dhello, né le à Dolisie et mort le à Courbevoie est un mathématicien-ingénieur, homme d'affaires et homme politique congolais.

BiographieModifier

Camille Cyrique Dhello naît à Dolisie, ville dans laquelle, son père, Hervé Dhello[1], exerce comme comptable dans la filiale d'une société concessionnaire (multinationale coloniale), avant de devenir l'un des tout premiers exploitants forestiers africains. Ce père était, par ailleurs, un sympathisant du Parti progressiste congolais (PPC) de Jean Félix-Tchicaya, la section territoriale du Rassemblement démocratique africain (RDA).

Il est le frère de Jean Dello et de Hervé Thomas Dhello[2], membre de la cour constitutionnelle.

L'itinéraire de cet homme mérite d'être connu comme source d'inspiration de la jeunesse.

FormationModifier

De la classe de sixième jusqu'en terminale, au lycée Victor Augagneur de Pointe-Noire, Camille Dhello, dans une saine émulation avec ses collègues pour la plupart Blancs, collectionne les "prix d'excellence" et les "prix de meilleur élève". En 1957, en pleine salle d'examen de la première partie du baccalauréat de la série « mathématiques élémentaires » (ancêtre de la série S actuelle), dont les sujets sont adoptés depuis l'académie de Bordeaux, le jeune Dhello fait remarquer qu'il y a une erreur dans l'énoncé. C'est d'abord un tollé; mais à force de concertation entre Bordeaux et Pointe-Noire, on finit par donner raison à cet élève qui avait toujours eu, chaque année, le premier prix de mathématiques, depuis la classe de sixième.

Lorsque l'académie de Bordeaux voulut connaître l'identité de cet élève « pas comme les autres », le tout premier proviseur du lycée appelé George Duvernoy répondit « C'est un petit Noir ! »[3].

Après son baccalauréat, il sort diplômé de l'École de la marine marchande du Havre. En 1962, il devient un des tout premiers étudiants Noirs de la prestigieuse école d'ingénieurs des Ponts et chaussées. En 1972, il décroche le titre de docteur-ingénieur, après la soutenance de sa thèse à l'université Paris-VI. La thèse de doctorat es sciences, en mécanique, porte sur: « La théorie des équivalences et les problèmes d'élasticité tridimensionnels et extension aux problèmes d'écoulement en milieux poreux[4]. »

Il a été président des « Mouettes », une association des anciens du lycée Victor-Augagneur, à Pointe-Noire, au Congo[3],[5].

Carrière professionnelleModifier

De 1972 à 1978, Camille Dhello est directeur du Port autonome de Pointe-Noire. En 1979, il devint secrétaire général puis ministre des transports et de l'aviation civile, jusqu'au début des années 1980[3].

Ayant retrouvé le port de Pointe-Noire comme patron de l'unique société nationale de transports maritimes (Conseil congolais des chargeurs), revient au gouvernement à la faveur de la Conférence nationale souveraine de 1991. Camille Dhello y assure les fonctions de ministre délégué auprès du Premier ministre André Milongo dans le « gouvernement de transition », chargé des Mines et de l'Énergie[6].

Accident de la circulationModifier

Le 5 juin 2009, à Courbevoie, en région parisienne, un bus de la RATP le pércute et il y perd la vie dans des conditions rocambolesques. Comme le signale Noël Magloire Ndoba, on peut faire un parallèle avec la mort du physiscien Pierre Curie ou celle de l'homme de lettres Roland Barthes.

Son ami le médecin-colonel et écrivain Tchichellé Tchivéla a prononcé l'oraison funèbre, lors de ses obsèques à Pointe-Noire[3].


AnnexesModifier

  1. Noël Magloire Ndoba, Brève biographie de Simon-Pierre Kikhounghat-Ngot, Fascicule 1, Paris, PAARI, (lire en ligne), p. 11
  2. Hervé Thomas Dhello, « La jeunesse congolaise plaide pour un changement des mentalités | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo », sur adiac-congo.com, (consulté le 3 octobre 2018)
  3. a b c et d Noël Magloire Ndoba, « Le voyage de Ya Camille », archive.is / Mwinda,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2018)
  4. Camille Dhello, La Théorie des équivalences et les problèmes d'élasticité tridimensionnels, et extension aux problèmes d'écoulement en milieux poreux ..., 0000 uuuu (lire en ligne)
  5. Hervé Brice Mampouya, « Célébration : le lycée Victor-Augagneur souffle sur ses 60 bougies | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo », sur www.adiac-congo.com, (consulté le 3 octobre 2018)
  6. Apolinaire Ngolongolo, Congo, bravo ou fiasco ?: Depuis la conférence nationale, Paris, Autoédition, « Composition du premier gouvernement de transition du Congo issu de la conférence nationale souveraine »

Liens externesModifier