Caius Silius

Caius Silius, est sénateur en 47 ap. J.-C. et consul désigné en 48 sous l'empereur Claude. Son père, Caius Silius, était commandant de l'armée du haut Rhin sous les ordres de Germanicus du temps de l'empereur Auguste.

Caius Silius
Fonctions
Sénateur romain
Consul
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Gaius SiliusVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Père
Gaius Silius (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Sosia Galla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Gens
Silii (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Il épouse Junia Silana, qui avait été la belle-sœur de Caligula. Les sources antiques le décrivent comme un homme intelligent, noble et attirant. Mais Messaline, femme de Claude, conçoit une telle passion pour Caius Silius, le plus beau des jeunes Romains, qu'elle le force à répudier son épouse[1].

Messaline se montre partout publiquement avec l'objet de son amour. Et, comme le dit Tacite, ce qui paraîtrait une fable si toute la cour et toute la ville n'en avaient pas été témoins, bravant à la fois les lois, la décence, la raison, l'empereur et l'empire.

Elle épouse Silius et mêlant le contrat de mariage avec d'autres actes, le fait signer à Claude sans qu'il s'en doute. Pendant un voyage de Claude à Ostie, elle célèbre solennellement son mariage en présence du sénat, des soldats et du peuple. Ils ont commis la bigamie et se sont mariés devant des témoins. Silius étant sans enfant il désire adopter Britannicus et complote avec Messaline dans le but de renverser l'empereur Claude, époux de Messaline, pour placer Britannicus sur le trône[2].

Narcisse dévoile leur faux mariage et le complot pour tuer Claude[2]. L'empereur ordonne alors leur exécution en 48[2].

Notes et référencesModifier

  1. Tacite, Annales, XI, 12 et XIII, 19.
  2. a b et c Catherine Virlouvet (dir.), Nicolas Tran et Patrice Faure, Rome, cité universelle : De César à Caracalla 70 av J.-C.-212 apr. J.-C, Paris, Éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 880 p. (ISBN 978-2-7011-6496-0, présentation en ligne), chap. 3 (« Une maison pleine de Césars »), p. 183-184.

BibliographieModifier