Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cérès.
Ne doit pas être confondu avec le projet CERES («Clouds and the Earth's Radiant Energy System»)
Description de cette image, également commentée ci-après
La maquette du satellite CERES.
Données générales
Organisation Drapeau de la France DGA
Drapeau de la France CNES
Constructeur Airbus Defence and Space
Domaine Écoute électronique
Nombre d'exemplaires 3
Statut En construction
Autres noms Capacité d'Ecoute et de Renseignement Electromagnétique Spatiale
Lancement 2020
Lanceur Vega C
Durée 8 ans (mission primaire)
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 450 kg
Contrôle d'attitude Stabilisé sur 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Orbite
Orbite Basse
Périapside 250 km
Apoapside 800 km

CERES (Capacité d'Ecoute et de Renseignement Electromagnétique Spatiale) est un programme français de satellites militaires d'écoute électronique chargé de collecter du renseignement d'origine électromagnétique. Cette mission développée pour le compte de la direction générale de l'Armement (DGA). Ce programme est en phase de développement avec le lancement d'un premier satellite en 2020.

HistoriqueModifier

La collecte du renseignement électromagnétique est un outil stratégique pour la France. Afin de maîtriser cette technologie, le CNES fait développer et lancer les satellites Essaim et ELISA. Ces démonstrateurs permettent de fixer le cadre d'un programme opérationnel appelé CERES. Comme ses prédécesseurs, CERES est constitué de satellites volant en formation, ce qui permet de trianguler la position des émetteurs au sol. Les 3 satellites permettent de détecter, de positionner et de caractériser les émetteurs radar et de télécommunication[1]. Le lancement est prévu en 2020[2]. Airbus Defence and Space fournit les satellites et Thales Alenia Space la charge utile[3]. Le coût du programme est estimé à 400 millions d'euros[4]. Les trois satellites formant CERES doivent être placés en orbite par un lanceur Vega C qui est commandé à Arianespace en janvier 2016[5].

FonctionnementModifier

CERES comprend trois microsatellites identiques parcourant une orbite terrestre basse identique. Les trois satellites volent à proximité les uns des autres en captant les signaux électromagnétiques émis par exemple par des radars. Par triangulation, la source de l'émission peut être localisée[6]. Les trois satellites constituant CERES doivent être lancés par un lanceur Vega fournit par Arianespace[7].

Caractéristique techniquesModifier

Les satellites, d'une masse unitaire inférieure à 450 kg, utilisent une plate-forme EliteBus[8] développée par la société Thales Alenia Space. Celle-ci est conçue pour les microsatellites (jusqu'à 550 kg de masse) circulant en orbite basse ou moyenne et disposent de panneaux solaires pouvant fournir jusqu'à 2 500 watts[9].

Notes et référencesModifier

  1. Domitille Bertrand, « Programme Ceres, un nouveau pas dans la détection de signaux électromagnétiques », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le 17 mars 2016)
  2. Guillaume Steuer, « Le satellite de renseignement Ceres est sur les rails », sur Air et Cosmos, (consulté le 17 mars 2016)
  3. (en-US) Peter B. de Selding, « Thales Alenia Space Seeks Wider Market for Iridium Bus - SpaceNews.com », sur SpaceNews.com, (consulté le 17 mars 2016)
  4. Stefan Barensky, « Le Cnes démarre Ceres et Swot », sur Air et Cosmos, (consulté le 17 mars 2016)
  5. « Arianespace to launch CERES intelligence satellites for CNES and DGA », Arianespace,
  6. Olivier Hertel, « La France lance un nouveau programme de satellites espions », Science et Avenir,
  7. (en) « Arianespace to launch CERES intelligence satellites for CNES and DGA », Arianespace,
  8. Voir EliteBus sur CASPWiki
  9. (en) « CERES SIGINT Satellite System, France », sur airforce-technology.com (consulté le 22 octobre 2016)

Voir aussiModifier