Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dogbo (homonymie) et Blé (homonymie).

Officier général francais 4 etoiles.svgBruno Dogbo Blé
Naissance (67 ans)
Daloa
Origine ivoirienne
Allégeance Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Grade Général de brigade
Années de service -
Commandement Garde républicaine
Conflits Crise ivoirienne de 2010-2011
Faits d'armes Défense d'Abidjan avec les FDS-CI
Distinctions Officier de l’ordre national,
Officier du mérite de l’éducation nationale,
Médaille de la défense française échelon or et argent,
Médaille de Miceci
Famille marié, père de 3 enfants

Bruno Dogbo Blé (né le à Daloa) est un général de brigade ivoirien.

BiographieModifier

Pendant la crise ivoirienne de 2010-2011, il a participé aux combats contre les Forces françaises à Abidjan avec ses unités de la garde républicaine, et avec d'autre forces spéciales tels que le CECOS, fidèle à la République pendant la crise.

Bruno Dogbo Blé était au service de la République. Après l'arrestation du président Laurent Gbagbo, il fut arrêté par les Forces françaises le .

Le le général Dogbo Blé est condamné à 15 ans de prison par le Tribunal militaire d'Abidjan pour complicité dans le cadre de l’assassinat du colonel-major à la retraite Adama Dosso en [1],[2].

Le il est condamné a la pérpétuité par le Tribunal militaire d'Abidjan pour complicité dans le cadre de l'assassinat du général Gueï[3].

Le il est condamné a 18 ans de prison par la Cour d'assises de Yopougon pour l'enlèvement et le meurtre de quatre personnes, dont deux Français, à Abidjan le 4 avril 2011[4].

DécorationsModifier

RéférencesModifier

  1. « Côte d’Ivoire: quinze ans de prison pour l’ex-commandant de la Garde républicaine de Gbagbo », sur rfi.fr, (consulté le 15 mai 2019)
  2. Côte d'Ivoire : à la barre, Dogbo Blé nie être responsable de l'assassinat d'un proche de Ouattara - Jeune Afrique
  3. « Assassinat du général Gueï: trois prévenus condamnés à la perpétuité », sur rfi.fr, (consulté le 15 mai 2019)
  4. « Disparus du Novotel: les principaux accusés écopent de 6 à 20 ans de prison », sur rfi.fr, (consulté le 15 mai 2019)

Voir aussiModifier