Briquette

Une briquette de charbon brun
Briquette de charbon
Briquettes "œuf"
Fumée de la combustion de briquettes

Une briquette est un conditionnement d'un matériau de combustion comme élément manipulable, commercialisé avec d'autres de même poids et forme, obtenus par moulage sous pression d'une ressource naturelle préalablement broyée. Si la forme est très petite (2 cm de diamètre), on parle en français de pellets.

Le mot briquette dérive à la fois de "brique" (brick en anglais) et du mot anglais "break" (casser, matériau résiduel de la cassure).

HistoireModifier

Jusqu'à la fin du XXe siècle, on utilise surtout le charbon brun comme matériau de combustion. C'est à partir de ce matériau qu'on produit aussi les premières briquettes. Elles ont alors la forme de briques de construction et sont produites sans matériau de liaison, simplement comprimées à haute pression.

La fabrication de la briquette est due à l'invention, en 1833, par l'ingénieur E. Marsais, de la première presse. Le modèle est perfectionné par l'ingénieur Revollier, qui fonde la Société des Ateliers de la Chaléassière, à Saint-Étienne. Dans le premier XXe siècle, l'on utilise, en France, presque exclusivement la presse Couffinhall (du nom de son inventeur G. J. P. Couffinhall)[1].

Charbon noir : la poussière de charbon est séchée puis re-broyée plus finement à 100 °C. Elle est pressée à chaud, puis refroidie.

Charbon brun : le charbon brun est moulu encore humide. Il est séché et pressé ensuite.

Autres briquettesModifier

 
Briquettes de paille.

Le même procédé est appliqué à d'autres matériaux, par exemple au bois ou à la paille

RéférencesModifier

  1. Ch. Berthelot, Épuration, séchage, agglomération et broyage du charbon, Paris : chez Dunod, 1938, 22e partie : Appareillage moderne pour la fabrication des boulets et briquettes : Les Ateliers d'agglomération des mines de Mariemont-Bascoup (Belgique), p. 321

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier