Blackgaze

genre de rock
Blackgaze
Origines stylistiques Black metal, shoegazing, post-rock, post-hardcore
Origines culturelles Début et milieu des années 2000 ; Drapeau de la France France
Instruments typiques Guitare électrique, guitare basse, batterie, clavier, synthétiseur, chant (shrieking)
Popularité Années 2010
Voir aussi Post-metal

Le blackgaze est un genre musical mêlant black metal et shoegazing[1]. Le nom est un mélange des deux genres musicaux comme le décrit The Guardian ; « ce terme fait le buzz chez les nouveaux groupes qui reprennent le black metal et ses blast beats [...] qu'ils mêlent à des mélodies dérivées du post-rock, du shoegaze et du post-hardcore[2]. » Pour Exclaim!, le blackgaze « mêle l'instrumentation du black metal aux sons plus mélodiques et rêveurs du shoegaze. » Largement influencé par des groupes de black metal atmosphérique comme Ulver (à leurs débuts), Burzum et Summoning, le genre est initialement popularisé par des groupes français comme Alcest et Amesoeurs au début de l'année 2005, jusqu'à 2010 et l'arrivée de Deafheaven qui y contribuera significativement[1].

DéveloppementModifier

Clip vidéo créé par Toshadeva Palani pour le groupe blackgaze français Alcest. Morceau de leur troisième album, Les Voyages de l'âme, publié en janvier 2012 par Prophecy Productions.

Bien qu'il s'agisse d'une « scène géographiquement en perdition » pour The Guardian[2], Michael Nelson de Stereogum retrace les origines du blackgaze dans les chansons d'artistes français comme Neige, le pilier de tels projets dans les groupes Alcest, Amesoeurs et Lantlôs. Selon Nelson, l'EP Le Secret d'Alcest, publié en 2005, est « la naissance du blackgaze » ; il note que cela ressemble à « une sorte de split collaboratif entre Cocteau Twins et Burzum[3]. » Natalie Zina Walschots de Exclaim! cite également Neige comme le pilier du genre, notant en parallèle que le groupe Deafheaven a significativement contribué au genre[1],[4]. Le chanteur de Deafheaven, George Clarke, cite lui-même les chansons de Burzum comme inspiration[3].

AccueilModifier

Certains adeptes du black metal et du heavy metal accueillent négativement le genre[5], en particulier après la publication de l'album Sunbather de Deafheaven en 2013. Cependant, l'album est bien accueilli par la presse spécialisée, qui deviendra le point culminant du blackgaze[6],[7],[8]. Deafheaven attire aussi l'attention en jouant à plusieurs festivals[9],[10].

Artistes notablesModifier

 
Altar of Plagues sur scène en 2013.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) Natalie Zina Walschots, « The Translator Blackgaze », Exclaim!, (consulté le 15 avril 2016).
  2. a b c d et e Tom Howells, « Blackgaze: meet the bands taking black metal out of the shadows », sur The Guardian, (consulté le 15 avril 2016).
  3. a b et c (en) Michael Nelson, « Deconstructing: Alcest’s Shelter And Metal In A Post-Deafheaven World », Stereogum, (consulté le 5 octobre 2015).
  4. (en) Hughes, Josiah, « The Plight of Deafheaven », Exclaim!, (consulté le 24 janvier 2016).
  5. (en) Kevin Stewart-Panko, « Debunking the "hipster metal" myth », sur Alternative Press, (consulté le 24 mai 2016).
  6. (en) « Sunbather by Deafheaven » (consulté le 5 octobre 2015).
  7. (en) « Deafheaven: Sunbather » (consulté le 5 octobre 2015)
  8. (en) « Deafheaven's Sunbather Was Featured in the Apple iPhone 5c Keynote », sur MetalSucks (consulté le 5 octobre 2015).
  9. (en) « Hunt-Hendrix broadens black metal sound with Liturgy » (consulté le 6 octobre 2015).
  10. (en) « Crossin' Over with Deafheaven's George Clarke » (consulté le 6 octobre 2015).
  11. a b et c (en) « Untrue And International: Living In A Post Black Metal World », sur The Quietus (consulté le 1er juin 2016).
  12. (en) « Amesoeurs - Amesoeurs review », sur Pitchfork (consulté le 6 octobre 2015).