Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Biens extérieurs

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bien.

En philosophie morale, les biens extérieurs sont des instances dont la possession aide ou non à trouver le bonheur.

Sommaire

Liste des biens extérieursModifier

  • La richesse
  • L’honneur
  • L'amitié
  • La beauté
  • La santé
  • La magnificence

OpinionsModifier

  • Aristote les oppose aux biens du corps et aux biens de l’esprit.
  • Théophraste insistait sur la nécessité de joindre les biens extérieurs à la vertu pour vivre heureux.
  • Sénèque nie l’existence des biens (tout comme des maux) extérieurs à l'âme : le seul bien réellement indispensable au bonheur est la vertu.

SynonymesModifier

Pour Platon, le Bien en soi est universel. Les mots et expressions suivantes peuvent parfois être pris comme synonymes de Biens extérieurs :

  • Les « préférables » (Sénèque le Jeune)
  • Les « avantages » (Aristote)
  • Les « biens de la fortune » (Thomas d'Aquin dans sa Somme théologique)
  • Platon, dans l’Euthydème, nomme la (bonne) naissance, les pouvoirs et les honneurs, la réputation « Biens réels ». Il ajoute beauté, santé et richesse, dans cet ordre[1],[2] mais les biens ne sont possédés que s’ils sont utiles. La vertu [3]est ce qui maîtrise l’usage au lieu de lui être soumis, et n’existe, ne vaut que si elle va de pair avec lusage et s’ils font partie d’un savoir et de son utilité[4].

Notes et référencesModifier

  1. après les exigences du corps et celles de l’âme
  2. Platon, Les Lois [détail des éditions] [lire en ligne] : Livre IX (870b)
  3. définie comme « observance des lois qui assurent la justice » par les Définitions du Pseudo-Platon
  4. Athénée, Deipnosophistes [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 47, 158a.

BibliographieModifier