Bibi Titi Mohammed

femme politique tanzanienne

Bibi Titi Mohammed (-2000) est une femme politique tanzanienne.

Bibi Titi Mohammed
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Condamnée pour

BiographieModifier

Bibi Titi Mohammed naît en 1926 à Dar es Salam en Tanzanie dans une famille musulmane. Son père refuse de l'envoyer à l'école de peur qu'elle perde sa foi musulmane. Après la mort de son père, sa mère décide de le faire parce qu'elle est convaincue de l'importance d'une éducation pour un jeune femme[1]. À quatorze ans, elle épouse un homme plus âgé dont elle divorce après avoir donné naissance à son premier enfant, une fille nommée Halima. Fidèle à ses idéaux, Titi Mohammed n'autorise pas sa fille à se marier avant d'avoir terminé ses études. Puis, Titi se marie et divorce deux fois[2].

Après avoir été condamnée lors d'un procès politique, elle est graciée et part vivre le reste de sa vie à Johannesburg. Le , elle meurt au Net Care Hospital à Johannesburg. Une des principales rue de Dar es Salam porte son nom.

Carrière politiqueModifier

Bibi Titi Mohammed entame sa carrière politique comme chanteuse dans un ngoma (un groupe de danse et de musique) où elle célèbre la naissance du prophète Mohammed pendant le Maulidi. Dans les années 1950, elle commencà à s'impliquer dans le mouvement nationaliste en Tanzanie. Amie proche du futur premier président de la Tanzanie Julius Nyerere, alors simple enseignant, elle fonde avec celui-ci l'Union nationale africaine du Tanganyika (Tanganyika African National Union, TANU), le [3]. En 1955, Titi Mohammed devient présidente de l'Umoja wa Wanawake wa Tanzania (UWT), la branche féminine de TANU[4]. Trois mois plus tard, elle a pu inscrire plus de 5 000 femmes dans la TANU. Elles jouent un rôle majeur dans la lutte de la Tanzanie pour l'indépendance contre la domination coloniale britannique[5]. Titi Mohammed a fait connaître les idées de l'UWT aux masses et uni les femmes contre le colonialisme en leur donnant une seule voix[2].

Le pays devient indépendant en 1961. Titi Mohammed contribue à la rédaction de la Constitution en 1964, date à laquelle le pays s'unit avec Zanzibar pour former la Tanzanie. En 1964, elle occupe différents postes ministériels sous la présidence de Julius Nyerere[6]. Elle réserve une place aux femmes dans le gouvernement tanzanien et elle crée la Conférence des femmes africaines.

En 1965, Bibi Titi perd son siège parlementaire[7]. En 1967, elle démissionne de son poste au sein du comité central du parti. Elle s'oppose aux idées socialistes de Julius Nyerere et en , Titi Mohammed et l'ex-ministre Michael Kamaliza sont arrêtés avec quatre officiers de l'armée. Ils sont accusés d'avoir fomenté un coup d'État. Titi Mohammed est condamnée à la prison à vie, mais en , elle est graciée par le président. Abandonnée de tous, dont son mari, Bibi Titi Mohammed vit alors isolée. Plus généralement, le rôle politique joué par les femmes dans le pays est peu reconnu. En 1991, lors des célébrations du trentième anniversaire de l'indépendance, elle est célébrée, par le parti au pouvoir, comme une héroïne de la lutte pour la liberté[8].

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. (en-GB) « http://www.awaazmagazine.com/previous/index.php/latest-issue/special-features/item/551-bibi-titi-mohamed-and-the-historical-context-of-the-time-in-tanzania », sur www.awaazmagazine.com (consulté le 5 avril 2020)
  2. a et b (en-US) « Bibi Titi Mohamed » African Feminist Forum », sur African Feminist Forum, (consulté le 5 avril 2020)
  3. « GWS - Feminist Knowledge - Politics » (version du 24 juillet 2007 sur l'Internet Archive), sur www.gwsafrica.org,
  4. (en) « Bibi Titi Mohammed: Tanzania’s unsung heroine of Uhuru », sur Face2Face Africa, (consulté le 5 avril 2020)
  5. « African feminist ancestors », sur www.theeverywoman.org (consulté le 5 avril 2020)
  6. Deutsche Welle (www.dw.com), « Les origines de Bibi Titi Mohamed | DW | 27.02.2020 » (consulté le 5 avril 2020)
  7. (en) Chambi Chachage, « Bibi Titi Mohamed », sur Oxford Research Encyclopedia of African History, (DOI 10.1093/acrefore/9780190277734.001.0001/acrefore-9780190277734-e-473, consulté le 5 avril 2020)
  8. « Back to Work After Election Riots », sur www.hartford-hwp.com (consulté le 5 avril 2020)

Liens externesModifier