Bertrand Odelys

écrivain mauricien
Bertrand Odelys
Description de cette image, également commentée ci-après
Bertrand Odelys
Naissance
Ile Maurice, citoyen britannique
Activité principale
écrivain voyageur, restaurateur de livres, et chercheur
Auteur
Langue d’écriture Français et anglais
Genres
Récits de voyage, récits, spiritualité

Œuvres principales

  • Dharamsala, Chroniques tibétaines (2003)
  • Tôt le matin, je pense à Toi : (Regards sur la vie spirituelle à l'île Maurice) (2011)

Bertrand Odelys est un écrivain voyageur de langue française, cinéaste et restaurateur de livres anciens, de nationalité britannique[1] né à Maurice en 1946[2].

BiographieModifier

Bertrand Odelys est né à Vacoas à l’île Maurice. En 1959, il s'installe à Londres avec sa famille, où son père est chargé par la Chambre d'agriculture de l'île Maurice de représenter les intérêts de l'industrie sucrière mauricienne. Il fait ses études secondaires au Lycée français de Londres et obtient sa licence en histoire au Magdalen College à Oxford[3],[4], étudie à Vienne en Autriche au Kunsthistorisches Institut, puis à Harvard aux États-Unis, où il obtient un doctorat en histoire du cinéma sur Vertov au Fogg Art Museum. Il est spécialiste de Dziga Vertov[5]. Il enseigne à New York, fait du cinéma à Paris et restaure des livres anciens en Grande-Bretagne, en France et en Inde.

Il voyage en Europe, en Inde, dans l’Himalaya et en Amérique. En 1994, à Dharamsala, il est invité par Gyatsho Tshering, alors directeur de la Bibliothèque des archives et des œuvres tibétaines, à restaurer des manuscrits[6], et se rend à plusieurs reprises dans cette ville du nord de l'Inde[7] où réside le 14e dalaï-lama[8]. Dans ce lieu devenu célèbre, l'écrivain a décrit des portraits de Tibétains en exil, comme le dalaï-lama, Gyatsho Tshering, K. Dhondup, Rinchen Khandro Choegyal, Ngari Rinpoché, Tenzin Geyche Tethong, Tsetan Dorji Sadutshang, Namgyal Qusar, Kim Yeshi, Achok Rinpoché, Lobsang Jinpa ...

De 1997 à 2003, il vit et écrit à Crestone, village sanctuaire du dialogue inter-religieux au Colorado, où fut fondé la Manitou Foundation par Hanne Strong, avec qui il travaille sur un livre a propos des prophètes.

En 2004, il revient à Maurice et séjourne à l'Ermitage de la Salette à Grand Baie, chez son ami le père Jacques Brown[3], et fait une enquête sur les anonymes de l’île et la spiritualité mauricienne, qui sera publiée sous le titre Tôt le Matin, je pense à Toi.

Depuis 2013, il réside dans un Prieuré bénédictin dans les Vosges en France ou il partage la vie des moines en tant qu'écrivain.

OuvragesModifier

RéférencesModifier

  1. Bertrand Odelys, Psychologies magazine
  2. LIVRES: Spiritualité mauricienne au quotidien, Le Mauricien, 24 décembre 2011
  3. a et b Tôt le Matin, je pense à Toi (Regards sur la vie spirituelle à l’Ile Maurice), Newsletter du Groupe IBL - février 2012, p. 33
  4. La couleur interdite, de Bertrand Odelys, Le Mauricien, 18 mai 2012
  5. Bertrand Odelys, Écrivain : « Lire et écrire font partie de la continuité de l’être », (interview), Le Mauricien, 9 juillet 2012
  6. L'auteur vu par l'éditeur
  7. (en) « Bertrand Odelys »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. Le Monde des religions : Numéros 1 à 8, 2003, p. 79 : « Bertrand Odelys connaît bien la ville et ses habitants pour y avoir séjourné à plusieurs reprises »

Liens externesModifier