Bernard Griffoul-Dorval

sculpteur français
Bernard Griffoul-Dorval
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Élève

Bernard Griffoul-Dorval, né à Toulouse (Haute-Garonne) en 1788 et mort à Toulouse le 15 novembre 1861[1], est un sculpteur français.

Biographie [2]Modifier

Bernard Griffoul-Dorval est le fils d'un comédien. Il entre en 1807 à l’École spéciale des arts de Toulouse ouverte l'année précédente, dans la classe de sculpture de François Lucas, et y remporte le grand prix de sculpture en 1811. En 1813 il part à Paris, dans l'atelier de Pierre Cartellier où il travaille deux années. Il rédige en 1821 un Essai sur la sculpture en bas-relief, ou règles particulières à observer dans la pratique de cet art[3] et soumet en 1826 au maire de la ville un projet de réorganisation de l'enseignement de la sculpture à l'École spéciale des arts. Nommé professeur-adjoint en 1826, titularisé en 1833, il poursuivra ses activités au sein de cette école jusqu'à sa mort et en sera le sous-directeur de 1833 à 1849.

Griffoul-Dorval est l'un des principaux artisans du renouveau de l'école toulousaine de sculpture au XIXe siècle. Il accueillit notamment dans son atelier privé, parallèlement à l'enseignement officiel qu'il dispensait, le principal représentant de l'école toulousaine de la fin du XIXe siècle, Alexandre Falguière.

Un boulevard de Toulouse porte son nom.

L'œuvreModifier

SculptureModifier

L’œuvre de Griffoul-Dorval en tant que sculpteur fut surtout une œuvre de commandes. Il réalisa pour les municipalités des portraits officiels, des statues monumentales, des éléments décoratifs.

Parmi les principales réalisations, on citera :

Le musée des Augustins de Toulouse conserve plusieurs autres œuvres de l'artiste, essentiellement des bustes.

PublicationModifier

  • Essai sur la sculpture en bas-relief, ou Règles particulières à observer dans la pratique de cet art[7], Toulouse, Caunes J.-A., 1821.

ÉlèvesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives municipales de Toulouse, acte de décès n°2447, vue 310
  2. « Musée des Augustins : 100 ans de sculpture (1750-1850), Bernard Griffoul-Dorval », pages 90 et 91
  3. Bernard Griffoul-Dorval, Essai sur la sculpture en bas-relief, ou règles particulières à observer dans la pratique de cet art, imprimerie de Caunes, Toulouse.
  4. Pour l'histoire de la colonne Dupuy et de la collaboration d'Urbain Vitry, architecte du monument, avec le sculpteur Griffoul-Dorval, voir : Bruno Tollon et Louis Peyrusse, « Dame Tholose » et la colonne Dupuy, Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, tome LXV, 2005
  5. « Griffons – Monument au général Dupuy – Toulouse », notice sur le site e-monumen.net
  6. Véto Matabiau, berceau de l’enseignement vétérinaire à Toulouse, Saint-Cyr-sur-Loire : Éditions Alan Sutton, 2007. 221p.
  7. Essai sur la sculpture en bas-relief, ou Règles particulières à observer dans la pratique de cet art ; tribut académique, lu à la société des Beaux-arts de Toulouse, dans les séances des 9 et 23 décembre 1820; par Griffoul-Dorval, statuaire, membre de la société des Beaux-arts, et de l'académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse. (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :