Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bernard Edwards

bassiste et auteur-compositeur américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edwards.
Bernard Edwards
Naissance
Greenville (Caroline du Nord), États-Unis Drapeau des États-Unis
Décès (à 43 ans)
Tokyo, Japon Drapeau du Japon
Activité principale Bassiste, musicien, producteur, compositeur
Genre musical Rhythm and blues, disco, funk, pop
Instruments Basse
Années actives 1970 - 1996

Bernard Edwards, né le à Greenville, Caroline du Nord et mort le à Tokyo, Japon est un bassiste et auteur-compositeur américain. Il est avec Nile Rodgers un grand nom du disco/funk à la fin des années 1970 avec le groupe Chic qu'ils ont fondé, et également à travers plusieurs productions à succès réalisées avec son partenaire en tant que musiciens, compositeurs et producteurs pour d'autres artistes. Il est considéré comme un des plus importants et influents bassistes du XXe siècle[1].

Sommaire

BiographieModifier

Bernard Edwards est né à Greenville en Caroline du Nord, mais il a grandi à Brooklyn, New York City.

Il fait la connaissance de Nile Rodgers au début des années 1970. Leur dénominateur commun est alors le jazz. Ils forment The Big Apple Band (1972–1976) avec le batteur Tony Thompson et le chanteur Bobby Cotter, avant de créer Chic avec la chanteuse Norma Jean Wright.

On doit à Bernard Edwards un véritable renouveau de la basse dans la musique funk/pop[2]. Avec son groupe Chic, la basse n'est plus reléguée comme accessoire mais fait partie intégrante de la musique, largement mise en avant en duo avec le jeu de guitare de Nile Rodgers[3].

Le fameux tube Le Freak (1978) de Chic est un bon exemple où l'on peut entendre la basse omniprésente d'Edwards. Mais c'est surtout avec le tube Good Times (1979) que Bernard Edwards magnifie le jeu de la basse avec une ligne qui soutient tout le morceau, qui est en fait sa "signature", et qui sera ensuite largement reprise et copiée par d'autres groupes comme Sugarhill Gang avec le rap Rapper's Delight ou Queen avec le titre Another One Bites The Dust[4]

Dans son autobiographie, Nile Rodgers évoque la capacité d'Edwards à sortir une ligne de basse en 2 mouvements[3]

En dehors du groupe Chic, Rodgers et Edwards furent aussi producteurs, compositeurs et interprètes pour d'autres artistes, on peut citer :


En solo, Bernard Edwards a produit ou joué de sa basse très recherchée pour de nombreux artistes : David Bowie, Mick Jagger, Robert Palmer (Addicted to love), Nona Hendryx, Madonna, Duran Duran, ABC, etc.[2]

En 1985, il fonde et produit le groupe Power Station. Ce groupe, jouant sur un mélange de funk et de hard rock, comprenait John et Andy Taylor de Duran Duran, Robert Palmer et Tony Thompson (batteur de Chic)[5]. Le groupe compose deux morceaux notoires, Some like it hot et Get it on. Un second album de Power Station verra le jour en 1996.

En 1985 également, il produit A view to a Kill, titre phare de Duran Duran pour le film homonyme de James Bond[2]

En 1989, il fonde et produit le groupe rock Distance comprenant Robert Hart chanteur, Tony Thompson à la batterie, Eddy Martinez à la guitare, Jeff Bova aux claviers et lui-même à la basse. Le groupe sortira l'album Under the one sky[6].

Séparé en 1983, Chic se reforme autour de ses deux membres fondateurs en 1992 et sort un nouvel album (Chic-Ism). Le , à la suite d'un concert live de Chic à Tokyo qui donnera lieu au CD Chic Live at the Budokan, Bernard Edwards succombe d'une pneumonie dans sa chambre d'hôtel, à 43 ans[2].

Vie privéeModifier

Son fils Bernard Edwards Jr. est un producteur de rap et R'n'B, connu sous le nom de Focus[7]

MatérielModifier

À la fin des années 1970, Bernard Edwards a popularisé la nouvelle basse active conçue par Leo Fender, la Music Man StingRay. Cette basse a été léguée au bassiste de Duran Duran, John Taylor, qui était un ami de Bernard[8].

Il utilisait auparavant une Fender Precision, une Fender Jazz Bass (visible dans la vidéo Getaway postée par Nile Rodgers sur Youtube[9]) ou une B.C. Rich de modèle "Eagle". Il a également par la suite joué avec des basses de marque Spector, G&L L-1000 et Sadowski standard.

Bernard Edwards était connu pour enregistrer sa basse sans amplificateur, directement dans la table de mixage.

Discographie sélectiveModifier

CHICModifier

  • CHIC (1977)
  • C'est CHIC (1978)
  • Risqué (1979)
  • Real People (1980)
  • Take It Off (1981)
  • Tongue in CHIC (1982)
  • Believer (1983)
  • The Best of CHIC, Vol 1 (1991)
  • CHIC-ism (1992)
  • The Best of CHIC, Vol 2 (1992)
  • Live at the Budokan (1999)

SoloModifier

  • Glad To Be Here (1983)

ProductionModifier

  • Norma Jean, Norma Jean (1978)
  • We Are Family, Sister Sledge (1979)
  • King Of The World, Sheila & B. Devotion (1980)
  • Love Somebody Today, Sister Sledge (1980)
  • Diana, Diana Ross (1980)
  • I Love My Lady, Johnny Mathis (1981) UNRELEASED
  • Koo Koo, Debbie Harry (1981)
  • unknown title, Fonzi Thornton (1982) UNRELEASED
  • Swept Away, Diana Ross (1984)
  • The Power Station 33 1/3, The Power Station (1985)
  • "A View To A Kill" (single), Duran Duran (1985)
  • Heat, Nona Hendryx (1985)
  • Riptide, Robert Palmer (1985)
  • Cocker, Joe Cocker (1986)
  • Color In Your Life, Missing Persons (1986)
  • Hearts In Motion, Air Supply (1986)
  • Alphabet City, ABC (1987)
  • If, Hollywood Beyond (1987)
  • Contact, Platinum Blond (1987)
  • Jody Watley, Jody Watley (1987)
  • Out Of Order, Rod Stewart (1988)
  • Under The One Sky, Distance (1989)
  • YUI Orta, Ian Hunter/The Hunter Ronson Band (1990)
  • Break The Silence, The Triplets (1990)
  • Vagabond Heart, Rod Stewart (1991)
  • Living In Fear, The Power Station (1996)

RéférencesModifier

  1. The Independant (en) Pierre Perrone "Orbituary : Bernard Edwards", publié le 27 avril 1996, consulté le 6 juin 2013
  2. a, b, c et d Françoise-Marie Santucci, « Bernard Edwards, mort d'un Chic. », sur Libération, (consulté le 5 mars 2018) (inscription nécessaire)
  3. a et b Nile Rodgers, « Le Freak », sur Google Books (consulté le 5 mars 2018)
  4. par Marine Normand, « Dix choses à savoir sur "Good Times" de Chic (1979) », sur Les Inrocks, (consulté le 5 mars 2018)
  5. « Bernard Edwards, mort d'un CHIC », sur http://next.liberation.fr, (consulté le 12 décembre 2017)
  6. Neil Strauss, « Bernard Edwards, 43, Musician In Disco Band and Pop Producer », sur The New York Times, (consulté le 5 mars 2018)
  7. HipHopDX, « Focus... Details Production Work With Dr. Dre, Aftermath Entertainment », sur HipHopDX (consulté le 5 mars 2018)
  8. (en) « Bernard Edwards | guitar-list », sur www.guitar-list.com (consulté le 13 décembre 2017)
  9. Nile Rodgers, « The Big Apple Band "Get Away" (Pre-CHIC) », (consulté le 13 décembre 2017)

Liens externesModifier