Beitar Jérusalem Football Club

club de football israélien

Beitar Jérusalem
Logo du Beitar Jérusalem
Généralités
Nom complet Beitar Jérusalem Football Club
Surnoms La Menorah
Les Lions de la Capitale
Le Drapeau de l'État
Noms précédents Jérusalem Football Club
Fondation 1936
Couleurs Jaune et Noir
Stade Stade Teddy-Kollek
(34 000 places)
Siège 24 rue Kanfei Nesharim, Givat Shaul, 95464 Jérusalem
Championnat actuel Liga Japanika
Propriétaire Drapeau : Israël Moshe Hogeg
Président Drapeau : Israël Eli Ohana
Entraîneur Poste vacant
Joueur le plus capé Drapeau : Israël Uri Malmilian (423)
Meilleur buteur Drapeau : Israël Eli Ohana (142)
Site web www.beitarfc.co.il
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Israël (6)
Coupe d'Israël (7)
Coupe de la Ligue (3)
Supercoupe d'Israël (2)

Maillots

Kit left arm shouldersonblack.png
Kit body blackstripes.png
Kit right arm shouldersonblack.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Israël de football 2020-2021
0

Le Beitar Jérusalem Football Club (en hébreu : מועדון כדורגל בית"ר ירושלים), plus couramment abrégé en Beitar Jérusalem, est un club israélien de football fondé en 1936 et basé à Jérusalem en Israël.

Le club est la section football du club omnisports du même nom, le Beitar Jérusalem.

Le Beitar est très populaire dans le pays et est le 2e club israélien le plus suivi, ainsi que la 3e équipe tout sport confondu (derrière les équipes de football et de basket du Maccabi Tel-Aviv, leurs grands rivaux).

Le club est connu pour les idées et les agissements racistes d'une grande partie de ses supporters et son groupe ultra La Familia considérés comme hostiles aux musulmans et favorable à l'extrême droite israélienne. La Familia a été déclarée organisation criminelle en 2013 par la ministre des sports Limor Livnat[2].

Histoire du club

Le Beitar Jerusalem Football Club est fondé en 1936 sous le nom de Menorah (basé principalement sur des jeunes dont l'esprit était d'une idéologie Betar) par David Horn et Shlomo Kirstein, en tant que groupe d'amateurs.

Durant les années 1960, le Beitar évolue principalement dans les ligues inférieures.

Le première grande performance du club vient lors de la saison 1971-72, saison où le Beitar finit vice-champion du pays. Le premier titre de l'histoire du club est remporté en 1975-76 lorsque le Beitar remporte la finale de la Coupe d'Israël (après avoir perdu en finale la saison d'avant).

Au cours de la saison 1986-87, le club remporte le tout premier titre de champion de son histoire, qui sera suivi de cinq autres (en 1992-93, 1996-97, 1997-98, 2006-07 puis en 2007-08).

En , il est annoncé que le cheikh Hamad bin Khalifa Al Nahyan, membre de la famille royale d’Abou Dhabi, achète 50 % de l’équipe[3]. Des affrontements entre supporters se produisent à la suite de cette annonce[4]. Pour le Haaretz, en finançant le Beitar Jérusalem, « les Émiratis font preuve de stratégie en investissant dans ce qui est [aujourd’hui] la classe dirigeante en Israël »[5].

Palmarès

Compétitions nationales
 

Personnalités du club

Présidents du club

Entraîneurs du club[6]

Identité du club

Stade

Le stade à domicile du Beitar Jérusalem est le Stade Teddy, situé dans le quartier Malcha de Jérusalem, du nom du maire de l'époque, Teddy Kollek.

Couleurs

Les couleurs identifiées par le groupe sont le jaune et le noir. Depuis 1960, la tenue de l'équipe à domicile est basée sur ces couleurs, le jaune étant la première tenue, la tenue secondaire noire et le troisième maillot du club étant blanc.

Ancrage politique

Considéré comme le « club le plus raciste d’Israël », le Beitar Jérusalem est connu pour les deux chants anti-Arabes de ses supporters ultras : « Mahomet est mort » et « Mort aux Arabes ». Le club n’a jamais accepté de joueurs arabes dans son équipe.

Historiquement lié à l'idéologie du Beitar, la droite radicale nationaliste, il reste très connoté politiquement : « Pour tout ambitieux à droite de l’échiquier, à commencer par Benyamin Netanyahou, un passage par les gradins du Teddy Stadium avec une écharpe jaune sur les épaules reste un passage obligé[5]. »

Logos du club

Notes et références

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. DH Les Sports+, « La Familia, les hooligans racistes du Beitar Jérusalem », sur DH Les Sports +, (consulté le 2 octobre 2020)
  3. « Le cheikh qui a acheté le Beitar Jérusalem veut convaincre les fans anti-arabes », sur The Times of Israel,
  4. « Heurts entre supporters du club du Beitar de Jérusalem à propos des investissements émiratis », sur L'Orient-Le Jour,
  5. a et b Guillaume Gendron, « Le Beitar Jérusalem, «club le plus raciste d'Israël»... racheté par un cheikh », sur Libération.fr,
  6. « Beitar Jerusalem - Historique du staff », sur transfermarkt.fr (consulté le 8 août 2020).

Liens externes