Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bec de canard.

Le "Bec de Canard" en haut à droite (avant 1911)

Le Bec de Canard (en allemand : Entenschnabel) était un territoire du nord-est du Cameroun allemand disputé par l'Empire colonial allemand et l'Empire colonial français, entre 1894 et 1911. C'est un exemple du règlement des frontières entre les puissances coloniales de l'époque.

HistoriqueModifier

Ce territoire était peuplé avant l'ère coloniale par des peuples Peuls et Haoussas. À la fin du XIXe siècle, l'Empire allemand, qui s'est mis dans la course coloniale tardivement, prend possession de la côte camerounaise et organise des expéditions au nord et à l'est de la colonie du Kamerun, étendant son influence dans la région entre le Logone et le Chari. Le Bec de Canard se forme au sud du territoire où le Logone se jette dans le Chari et s'élargit au 10e parallèle nord.

Finalement, un traité avec la France du 15 mars 1894 donne au nord-est du Cameroun allemand ce territoire en forme de pointe, aussitôt appelé le « Bec de Canard » qui marque la frontière de l'Afrique centrale.

Au moment du règlement de la crise d'Agadir, le traité franco-allemand du 4 novembre 1911, signé à Berlin, attribue le Neukamerun à l'Allemagne, en échange de quoi la France se voit reconnaître son protectorat au Maroc[1] et obtient en plus la partie orientale du Bec de Canard (les territoires situés sur la rive orientale du Logone) [2] qu'elle intègre à ses possessions d'Afrique-Équatoriale, laissant les mains libres à l'Allemagne au Cameroun.

Aujourd'hui le Bec de Canard se trouve partagé entre le Cameroun et le Tchad.

NotesModifier

 
La partie du "Bec de Canard" cédé en 1911 aux Français, en vert

BibliographieModifier