Ouvrir le menu principal
Bataille de Vicence

Informations générales
Date
Lieu Schio, au nord-ouest de Vicence (Italie)
Casus belli Ligue de Cambrai décrétée par le Pape
Issue victoire décisive de l'Espagne
Changements territoriaux Florence
Belligérants
Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnoleDrapeau de la République de Venise République de Venise
Commandants
Prospero Colonna[1].
Raimond de Cardona
Bartolomeo d'Alviano
Forces en présence
env. 1 000 cavaliers[2],
7 000 fantassins
env. 3 000 cavaliers[3],
10 000 fantassins,
24 canons
Pertes
2 400 cavaliers, 4 000 fantassins morts, blessés
ou prisonniers

Quatrième guerre d'Italie

Batailles

Casaloldo (it) (10 mai 1509) · Agnadel (14 mai 1509) · Padoue (it) (15 - 30 septembre 1509) · Polesella (it) (22 décembre 1509) · Monselice (1509-1510) · Val Vestino (1510-1517) · Villamarina (19 juillet 1510) · Capo di Monte (8 septembre 1510) · Mirandola (1510 - 1511) (it) · Treviso (1511) (it) · Brescia (18 février 1512) · Ravenne (11 avril 1512) · Navarre (1512) (en) · Saint-Mathieu (10 août 1512) · Blancs-Sablons (22 avril 1513) · Brest (24 avril 1513) · Novare (6 juin 1513) · Guinegatte (16 août 1513) · Dijon (8 - 13 septembre 1513) · Flodden Field (9 septembre 1513) · La Motta aka Creazzo (7 octobre 1513)

Coordonnées 45° 43′ nord, 11° 22′ est

La bataille de Vicence, parfois aussi appelée bataille de Schio, bataille de La Motta ou bataille de Creazzo, qui opposa le la République de Venise et l'Espagne, est un épisode décisif de la guerre de la Ligue de Cambrai.

L'armée vénitienne menée par Bartolomeo d'Alviano, qui tentait de s'opposer au repli des troupes espagnoles de Raimond de Cardona hors de Vénétie fut défaite et anéantie.

Sommaire

ContexteModifier

Le général vénitien, Bartolomeo d'Alviano, se trouvant privé de l'appui des Français, se repliait en Vénétie, poursuivi de près par l'armée espagnole de Raimond de Cardona[4] ; mais les Espagnols piétinant devant Padoue, ils poursuivirent leur invasion du territoire vénitien jusqu’à se trouver en septembre face à Venise elle-même[4]. Le Vice-roi de Naples, Ramón de Cardona, tenta de bombarder la cité, sans succès ; dépourvu d'embarcations pour franchir la lagune, il se retourna vers la Lombardie[4]. D'Alviano, ayant entre temps reçu le renfort de centaines de soldats et de volontaires de l'aristocratie vénitienne, ainsi que de l'artillerie et des munitions, prit alors l'initiative et attaqua l'armée espagnole avec la ferme intention de lui couper toute retraite hors de Vénétie[5].

 
Fernand d'Ávalos, marquis de Pescaire, commandait l’infanterie espagnole.

Le combatModifier

 
Portrait présumé de Bartolomeo d'Alviano par Giovanni Bellini.

L'armée vénitienne commandée par Bartolomeo d'Alviano, rattrapa finalement l'armée de Cardona à Vicence, ville du nord-est de l'Italie, le 7 octobre 1513. L'infanterie espagnole et allemande, comptant environ 7 000 hommes, commandée par Fernando de Ávalos et Georg von Frundsberg, était fortement retranchée et prête au combat : elle chargea l'armée vénitienne, faisant plus de 4 500 morts ou blessés dans les rangs ennemis[5],[6] et provoquant leur déroute[4].

Pour autant, les forces des deux camps continuèrent leurs escarmouches aux confins nord-est de l'Italie (l'actuelle Frioul-Vénétie julienne) pendant l'hiver 1513-1514[5].

ConséquencesModifier

Malgré les défaites décisives qu'elle venait d'infliger aux Vénitiens, la Sainte Ligue fut incapable d'exploiter ces victoires[5]. La mort du roi de France, Louis XII, le 1er janvier 1515, porta François Ier au trône. Ce jeune monarque, ayant pris le titre de duc de Milan lors de son couronnement, réclama d'emblée ses possessions d'Italie. Alors un corps expéditionnaire de Suisses et de gardes pontificaux marcha depuis Milan vers le nord pour lui fermer le passage des cols alpins ; mais les Français empruntèrent le col de Larche[7] et leur avant-garde surprit ainsi la cavalerie milanaise à Villefranche, faisant prisonnier Prospero Colonna[6], tandis que le gros de l'armée française infligeait aux Suisses une défaite mémorable à Marignan le 13 septembre[8].

Notes et référencesModifier

  1. Cf. ce site, sur la "Bataille de Creazzo"
  2. dont 150 chevaliers allemands, sans compter la cavalerie légère.
  3. dont 1 000 estradiots et 500 cavaliers légers
  4. a b c et d Norwich pp. 428–429
  5. a b c et d Norwich p. 429
  6. a et b D'après Frederick L. Taylor, The Art of War in Italy 1494–1529, Cambridge University Press, (réimpr. Westport: Greenwood Press, 1973) (ISBN 0-8371-5025-6).
  7. Norwich p. 430
  8. Norwich p. 431

BibliographieModifier

  • John Julius Norwich, A History of Venice éd. Vintage Books, New York, 1989. (ISBN 0-679-72197-5).
  • Henry Kamen, Empire: How Spain Became a World Power 1492–1763. New York: HarperCollins (2003) (ISBN 0-06-019476-6).
  • Frederick Lewis Taylor, The Art of War in Italy 1494–1529. Cambridge University Press, 1921. Westport: Greenwood Press (1973) (ISBN 0-8371-5025-6).
  • Bernard Law Montgomery, A History of Warfare. New York: World Publishing Company (1968) (ISBN 0-688-01645-6).
  • François Guichardin , The History of Italy. Translated by Sydney Alexander. Princeton: Princeton University Press (1984) (ISBN 0-691-00800-0).
  • Michael Mallet et Christine Shaw, The Italian Wars 1494–1559. Harlow: Pearson Educated Limited (2012) (ISBN 978-0-582-05758-6).
  • Reinhard Baumann, Georg von Frundsberg. München: Süddeutscher Verlag (1984) (ISBN 3-7991-6236-4).

Voir aussiModifier