Bataille de Vescovato

Bataille de vescovato
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue du village de Vescovato
Informations générales
Date
Lieu Vescovato
Issue Victoire corse
Belligérants
Drapeau de la République de Gênes République de GênesFlag of Corsica.svg Insurgés corse
Commandants
Niccolo de NegriSampiero Corso
Forces en présence
2 000 hommes144 hommes
Pertes
??

Batailles

Guerres d'indépendance corse

Coordonnées 42° 29′ 41″ nord, 9° 26′ 26″ est
Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse
(Voir situation sur carte : Haute-Corse)
Bataille de vescovato
Géolocalisation sur la carte : Corse
(Voir situation sur carte : Corse)
Bataille de vescovato

La bataille de Vescovato est une bataille opposant, en juin 1564, les révolutionnaires corses aux Génois, qui gouvernent l'ile à cette période. Sampiero Corso, chef des insurgés corses, après 20 ans de guerre, rentre en Corse le 14 juin 1564 grâce au soutien de Catherine de Médicis bien décidé à chasser les Génois de l'ile.

Positionnement des forcesModifier

Alors qu'il débarque en Corse, Sampiero Corso marche vers Corte. Un millier de Génois basés à la Garnison de Corte sous le commandement de Niccolo de Negri, décident de se réfugier à Borgo.

Les Génois, informés que les Corses ne seraient qu'une centaine, se décident à affronter leurs adversaires. Le commandant Niccolo de Negri arrive près de Vescovato à l'endroit dit « Perelli », d'où il dispose ses lieutenants pour l'assaut : Ettore Ravaschiero prit place à « l'Anzecca », Pier'Andrea Casta à la « Poratella » et De Negri au sud du village.

Sampiero, observant les mouvements de l'ennemi, positionne Bruschino del Castello d'orezza et Achille Campocasso face à Ravaschiero et Piero del Pie d'albertino face à De Negri. Il néglige Pier'Andrea Casta qui bien qu'occupant une position dominante ne pouvait lui causer aucun dommage. Lui-même se place au centre de la position. (Vescovato était ainsi cerné à l'Est et au Sud).

Début du combatModifier

En premier lieu, le Génois Ravaschiero tente de déborder Bruschino mais, n'y réussissant pas, rejoint De Negri.

Le corse Piero Albertino, à bout de ressources, s'apprête quant à lui à céder sous le nombre quand Bruschino, arrivant en toute hâte, refoule les Génois et ranime la confiance des soldats. Ce dernier est cependant rapidement tué d'une balle en pleine tête. Les révolutionnaires arrivent à pénétrer dans le village jusqu'à l'église principale mais en sont chassés par les frères Giudici et Ludovico Casta. L'assaut se poursuit durant 2 heures.

Sampiero se décide à entrer dans le combat, se présentant à l'enceinte occupée par Achille Campocasso, que les Génois tentent de prendre.

Les Génois, jugeant finalement qu'ils allaient être surpassés, s'enfuient en désordre, entraînant le reste de l'armée. Les Corses quittent leur position défensive et, les poursuivent jusqu'à "Campore", en tuent un grand nombre.

Sampiero, après avoir rendu les devoirs funèbres à son ami Bruschino et l'avoir fait ensevelir dans l'église de l'Annonciation (aujourd'hui disparue), continue sa progression vers l'intérieur du pays.

RéférencesModifier

Cet article a été écrit à partir des travaux et des publications de Domenico Fumaroli (1856-1936), qui publiait sous le pseudonyme de « Ceppo d'Ogliastro ».