Basil Wolverton

dessinateur satirique américain

Basil Wolverton (né le à Central Point et mort le à Vancouver) est un auteur de bande dessinée et illustrateur américain surtout connu pour ses récits humoristiques publiés par Timely Comics et ses caricatures au style très déformé, dont certaines publiées dans Mad.

Basil Wolverton
Basil wolverton.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
VancouverVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Monte Wolverton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Auteur autodidacte, Wolverton a développé un style très personnel fait d'exagérations et de difformités qui a exercé une influence majeure sur de nombreux auteurs de comics underground[1].

Il reste peu connu en France.

BiographieModifier

 
Wolverton en 1927.

Basil Wolverton naît le à Central Point, village proche de Medford, petite ville du Sud-Ouest de l'Oregon, aux États-Unis[2]. Autodidacte, il vend son premier dessin humoristique au magazine America's Humor en 1926, et travaille pour la presse durant la décennie qui suit[2]. En avril 1938, Globe Syndicate publie dans son comic book Circus la première histoire de Spacehawk, un aventurier qui combat divers criminels à travers l'univers[2],[3]. Première série importante de Wolverton, Spacehawk est reprise entre juin 1940 et décembre 1942 dans Target Comics (en), comic book du groupe Novelty Press[2].

Après cette incursion dans la bande dessinée de science-fiction, Wolverton revient vers l'humour en créant Powerhouse Pepper (en), jeune coureur de jupon athlétique mais très bête, dont les récits publiés entre 1942 et 1948 dans divers périodiques publiés par Timely Comics connaissent un certain succès[2]. Durant cette période, il crée d'autres séries humoristiques pour Timely (Inspector Hector the Crime Detector), Fawcett (Mystic Moot and His Magic Snoot) ou encore Lev Gleason (Scoop Scuttle)[4]. De 1951 à 1953, il revient à la science-fiction avec 17 histoires publiées dans divers titres[4]. Wolverton, qui avait réalisé plus de 1300 planches en quinze ans[5], abandonne ensuite la bande dessinée, n'y revenant que très brièvement pour Mad entre 1954 et 1963[6] puis pour Plop! (dont il illustre la plupart des couvertures[5]) et Comic Box entre 1974 et 1976.

Wolverton était en effet devenu depuis quelques années un caricaturiste recherché[4]. En 1946, United Features et le dessinateur Al Capp organisent un concours de dessin de Léna la hyène (anglais : Lena the Hyena), personnage féminin récurrent du comic strip Li'l Abner que Capp n'avait jamais dessiné ou représenté sous prétexte qu'elle était trop laide pour que les lecteurs la supportent[4]. Wolverton gagne facilement le concours, ce qui lui vaut d'être engagé par des magazines prestigieux (comme Life) pour réaliser des caricatures déformées de personnalités contemporaines[4]. Les distorsions extrêmes qu'il se plaît à effectuer, faisant pendouiller ou saillir de manière exagérée divers éléments des visages[5], valent à son travail d'être présenté par des éditeurs de Life comme emblématique de « l'école de design spaghetti et boulettes de viande » [7], dénomination qui a fait florès. Il travaille également pour la publicité et réalise diverses œuvres de commande[4], dont des cartes à collectionner pour Topps en 1968. Wolverton, fervent évangéliste, a également adapté à partir de 1952 de nombreux épisodes de la Bible pour la Radio Church of God (devenue Église universelle de Dieu en 1968), dans un style très détaillé qui, sans être caricatural, utilise les moyens des horror comics et du dessin humoristique grotesque pour mieux saisir le lecteur[8].

Victime d'un attaque invalidante en 1974, Wolverton meurt en 1978 à Vancouver, ville de la banlieue nord de Portland[5]. Après sa mort, ses œuvres sont régulièrement rééditées, par thème ou par héros, notamment grâce aux efforts du fils de l'auteur, Monte[9].

Œuvres publiés en françaisModifier

  • Basil Wolverton, Futuropolis, 1980.
  • La Bible de Wolverton, Diábolo, 2013.

Portraits sur WolvertonModifier

Bill Spicer lui consacre deux numéros de Graphic Story Magazine (en) en 1970 et 1971[4]. Les éditions Fantagraphics publient en 2014 le premier tome d'une biographie richement illustrée écrite par Greg Sadowski[10].

Prix et distinctionsModifier

Renommé de son vivant, Wolverton a été inscrit à titre posthume aux temples de la renommée des deux principaux prix de bande dessinée américains : le temple de la renommée Jack Kirby des prix Harvey en 1991, et le temple de la renommée Will Eisner du prix Eisner en 2000.

Notes et référencesModifier

  1. Blackbeard 1976, p. 705-706.
  2. a b c d et e Blackbeard 1976, p. 705.
  3. (en) « Circus : The Comic Riot #1 », sur Grand Comics Database.
  4. a b c d e f et g Blackbeard 1976, p. 706.
  5. a b c et d O'Nale 2010, p. 702.
  6. (en) Wolverton dans Mad, sur Grand Comics Database.
  7. anglais : spaghetti et meatballs school of design, cité par Blackbeard 1976, p. 705.
  8. O'Nale 2010, p. 703.
  9. O'Nale 2010, p. 702-703.
  10. Sadowski 2014.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Ouvrages
Notices

Liens externesModifier