Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Authentification

page d'homonymie d'un projet Wikimédia
Authentification renforcée basée sur une cryptocard

L'authentification pour un système informatique est un processus permettant au système de s'assurer de la légitimité de la demande d'accès faite par une entité (être humain ou un autre système...) afin d'autoriser l'accès de cette entité à des ressources du système (systèmes, réseaux, applications…)[1] conformément au paramétrage du contrôle d'accès . L'authentification permet donc, pour le système, de valider la légitimité de l'accès de l'entité, ensuite le système attribue à cette entité les données d'identité pour cette session (ces attributs sont détenus par le système ou peuvent être fournis par l'entité lors du processus d'authentification). C'est à partir des éléments issus de ces deux processus que l'accès aux ressources du système pourra être paramétré (contrôle d'accès).

Sommaire

DéfinitionModifier

Article détaillé : Facteur d'authentification.

L'accès aux ressources d'un système d'information par une entité, se décompose en trois sous-processus, l'authentification, l'identification (identité numérique (Internet)) et le contrôle d'accès (contrôle d'accès logique). L'authentification désigne le processus visant à confirmer qu'un commettant est bien légitime pour accéder au système. Il existe quatre facteurs d'authentification classiques qui peuvent être utilisés dans le processus d'authentification d'un commettant :

  • utiliser une information que seul le commettant connaît (ce que l'on connaît) ;
  • utiliser une information unique que seul le commettant possède (ce que l'on possède) ;
  • utiliser une information qui caractérise le commettant dans un contexte donné (ce que l'on est) ;
  • utiliser une information que seul le commettant peut produire (ce que l'on sait faire).

D'autres facteurs d'authentification peuvent parfois être utilisés comme les contraintes temporelles ou les capacités de localisation.

EnjeuModifier

Le contrôle permanent de l'intégrité et de l'accès (usage, identité du destinataire, émetteur, propriétaire) à un contenu ou à un service constitue le fondement de la traçabilité des transactions. Ce contrôle permet :

  • la protection des intérêts supérieurs de l'État et du patrimoine informatique des entreprises, donc de leurs intérêts commerciaux ; pour les entreprises, il s'agit de réduire le coût qui résulte d'attaques, de la perte de temps, de la perte d'informations, de l'espionnage ou des fuites involontaires d'informations ;
  • le développement du commerce et des échanges électroniques. L'authentification contribue à la facturation des services et contribue à la confiance dans l'économie numérique, condition indispensable du développement économique ;
  • la protection de la vie privée. Les données personnelles véhiculées dans les systèmes d'information sont des données sensibles à protéger.

Les techniques d'authentification font partie des technologies clés. En France, elles sont identifiées comme telles dans le rapport sur les technologies clés 2016[2]. Les efforts entrepris par les constructeurs et fournisseurs de services Internet (eBay, Yahoo!, PayPal, etc.) pour mettre en œuvre des systèmes d'authentification[3] , notamment d'authentification forte, nous montrent clairement que l'authentification est un des enjeux majeurs pour le futur.

PreuvesModifier

Dans le cas d'un individu, l'authentification consiste, en général, à vérifier que celui-ci possède une preuve de son identité ou de son statut, sous l'une des formes (éventuellement combinées) suivantes :

Méthodes de vérificationModifier

La phase de vérification fait intervenir un protocole d'authentification. On en distingue trois sortes « familles » :

  • l'authentification simple : l'authentification ne repose que sur un seul élément ou « facteur » (exemple : l'utilisateur indique son mot de passe) ;
  • l'authentification forte : l'authentification repose sur deux facteurs ou plus[5] ;
  • l'authentification unique : (ou identification unique ; en anglais Single Sign-On ou SSO) est une méthode permettant à un utilisateur de ne procéder qu'à une seule authentification pour accéder à plusieurs applications informatiques (ou sites internet sécurisés).

Par ailleurs, l'authentification à transfert nul de connaissance ne considère que l'information de la véracité d'une proposition.

Fédération d'autorités d'authentificationModifier

Article connexe : authentification unique.

L'objectif de la fédération des autorités d'authentification est double : déléguer l'authentification à un ou plusieurs établissements (qui assureront notamment une identification) et obtenir des informations relatives à l'utilisateur (pour gérer le contrôle d'accès, personnaliser des contenus) sans forcément connaître son identité.

ExemplesModifier

Exemples de protocoles d'authentificationModifier

De façon appliquée, voici quelques exemples de protocoles d'authentification :

Notes et référencesModifier

  1. « authentification », sur www.securite-informatique.gouv.fr (consulté le 5 octobre 2010)
  2. Rapport de prospective Technologies clés 2020, publié en mai 2016
  3. a et b « Authentification, autorisation », sur www.besoindaide.com (consulté le 5 octobre 2010)
  4. « Authentification de documents », sur international.gc.ca (consulté le 5 octobre 2010)
  5. En toute rigueur la multiplication des éléments d'authentification ne fait que la rendre plus complexe. Seuls des éléments inviolables et non subtilisables peuvent assurer une réelle solidité pour une authentification

Voir aussiModifier