Auguste Villiers

écrivain français
Ne doit pas être confondu avec Auguste de Villiers de L'Isle-Adam.

Auguste Félix Villiers, né le à Châteaudun[1] et mort le à Paris 12e[2], est un écrivain, journaliste et auteur dramatique français.

BiographieModifier

Fils d'un libraire parisien, on lui doit des romans et des chansons ainsi que des pièces de théâtre qui ont été représentées, entre autres, au Théâtre Déjazet.

ŒuvresModifier

Théâtre 
  • 1865 : Le Fils du marchand, drame en 5 actes et 7 tableaux, au théâtre de la Gaîté
  • 1866 : La Porte Saint-Denis (1672), drame en cinq actes, avec Adolphe Favre, au théâtre Beaumarchais ()
  • 1869 : Il faut des époux assortis, vaudeville en 1 acte, avec Henri Auger de Beaulieu, au théâtre Déjazet ()
  • 1869 : Les Conteurs d'histoires, pièce en 4 actes, avec Henri Auger de Beaulieu, au théâtre Déjazet ()[3]
  • 1874 : Les Garçons de café, vaudeville en 3 actes, avec Henri Auger de Beaulieu, au théâtre Saint-Pierre (septembre)
  • 1875 : Crépin 1er, roi des Bons, revue en 4 actes et 8 tableaux, avec Henri Auger de Beaulieu, au théâtre Saint-Pierre ()
Littérature 
  • 1854 : Aux Français en Orient, in-8, Créteil, imprimerie Crété
  • 1858 : Les Chansons parisiennes, Larchon
  • 1882 : Le Conscrit de Corbeil, in-12, Paris, Auguste Ghio éditeur[4]
  • 1883 : Le Fils de l'assassin, roman moral et philanthropique, in-18, Paris, Auguste Ghio éditeur[5]
  • 1887 : Aventures d'un chien racontées par lui-même, Paris, éditions Fayard
  • 1889 : Maman, étude de mœurs populaires, in-18, Paris, librairie Mondaine
  • 1892 : Les Drames du cœur, Paris, L. Boulanger éditeur
  • 1892 : Les Voyages impossibles. La traversée de l'Afrique en vélocipède, in-4, Paris, L. Boulanger éditeur
  • 1895 : L'Histoire d'une chanson, avec Angèle Devancaze, Paris, librairie Charles
  • 1897 : Minette, histoire d'une jeune fille sage, in-12, Paris librairie P. Fort
  • 1897 : Le Pavé de Paris, avec Angèle Devancaze, Paris, librairie P. Fort
  • 1897 : Messieurs les Alphonses, étude de mœurs réaliste, avec Angèle Devancaze, Paris, librairie P. Fort
  • 1897 : Les Reines du trottoir, avec Angèle Devancaze, Paris, librairie P. Fort
Chanson 
  • 1894 : La Vision de Jeanne d'Arc, paroles d'Auguste Villiers, musique de Luigi Bordèse, Paris, Choudens éditeur
  • 1896 : Aimons encore !, paroles d'Auguste Villiers et Angèle Devancaze, musique de François Jacotot[6]
  • 1898 : Le Soldat, paroles d'Auguste Villiers, musique d'Émile Spencer.

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance n° 16 (vue 6/193). Archives départementales d'Eure-et-Loir en ligne, état-civil de Châteaudun, registe NMD de 1834.
  2. Acte de décès n° 5368 (14/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 12ème arrondissement, registre des décès de 1900. L'acte précise qu'il est décédé à l'Hôpital Saint-Antoine.
  3. Théâtre Déjazet. Le Figaro, 4 juillet 1869, p. 3, disponible sur Gallica.
  4. Le Conscrit de Corbeil, par Auguste Villiers. disponible sur Gallica.
  5. Le Fils de l'assassin, par Auguste Villiers. disponible sur Gallica.
  6. Aimons encore !. disponible sur Gallica.

Liens externesModifier