Ouvrir le menu principal

Auguste Tronquois

architecte français

Auguste Tronquois
Image illustrative de l'article Auguste Tronquois
Signature d'Auguste Tronquois, 56, rue de Lisbonne, Paris.
Présentation
Naissance
Seignelay
Décès (à 55 ans)
Paris
Nationalité Français
Activités Architecte
Formation École des beaux-arts

Auguste Tronquois, né le à Seignelay dans l’Yonne et mort le à Paris, est un architecte français actif sous le Second Empire et au début de la Troisième République.

BiographieModifier

 
No 8, rue Murillo, Paris.

Fils d’un boulanger, Auguste Tronquois voit le jour le à Seignelay dans l’Yonne[1].

Admis à l’École des beaux-arts en 1852, il est l’élève de Vaudremer et de Léon Chabouillé[2].

Il réalise principalement des hôtels particuliers. Son œuvre est notamment visible dans le 8e arrondissement de Paris.

Il meurt le à Paris. Il est alors domicilié au no 8 bis, avenue Percier[3].

RéalisationsModifier

À ParisModifier

 
Nos 4-6, rue Murillo, Paris.
  • 1869 : immeuble de style néo-Louis XIII situé aux nos 4-6, rue Murillo, Paris, 8e arrondissement. Façade de trois étages carrés sur rez-de-chaussée en pierre et brique rouge organisée autour d'une cour séparée de la rue par des grilles. À l'alignement, les grilles sont interrompues par un pavillon en pierre servant de conciergerie. La façade postérieure donne sur le parc Monceau. L'immeuble est très représentatif du lotissement luxueux autour du parc réalisé par Émile Pereire après 1860. Il s'agissait à l'origine de deux hôtels particuliers indépendants ;
  • 1869 : immeuble signé en façade au no 56, rue de Lisbonne, Paris, 8e arrondissement ;
  • 1869 : immeuble de style néo-Louis XIII au no 16, rue Rembrandt (angle rue Murillo), 8e arrondissement[4] ;
  • 1876-1877 : ancien grand magasion Au gagne petit au no 32, avenue de l’Opéra, 2e arrondissement[5] ;
  • 1879 : hôtel particulier au no 8, rue de Prony, Paris, 8e arrondissement.

À l’étrangerModifier

 
Château Impney.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. 2E382/13, Seignelay : NMD (1828-1832), Archives départementales de l’Yonne.
  2. Christophe Marquet, « Emmanuel Tronquois (1855-1918), un pionnier des études sur l’art japonais. Sa collection de peintures et de livres illustrés d’Edo et de Meiji », Ebisu, Études japonaises, n° 29, 2002, sur persee.fr.
  3. V4E 6135, 1884, Décès, 08, Archives de Paris.
  4. Protections patrimoniales, 8e arrondissement, Ville de Paris, Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, p. 237 à 432.
  5. Commission du vieux Paris, Séance plénière du 26 novembre 2009.
  6. (en) Paul Jones LRPS, Droitwich Spa The Poscard Collection, Amberley Publishing, 2017.