Ouvrir le menu principal

Auguste Houzeau

chimiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Houzeau.

Auguste Houzeau, né le à Elbeuf et mort le à Rouen, est un chimiste et agronome français. Son nom est attaché à la découverte de la présence de l’ozone dans l'air.

BiographieModifier

Auguste Houzeau fait ses études au Conservatoire national des arts et métiers à Paris où il suit les cours de chimie de Jean-Baptiste Boussingault. Il est préparateur du cours de zootechnie à l’École de Versailles puis, en 1853, préparateur de chimie au Conservatoire de Paris.

Il est professeur à l’École préparatoire à l'enseignement supérieur des sciences et des lettres de Rouen où il succède à Girardin, mort en 1858.

En 1860, il devient membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen[1].

Il est président de la Société centrale d'agriculture de la Seine-Inférieure.

En 1883, il est directeur de la station agronomique de la Seine-Inférieure.

Il est nommé membre correspondant de l'Institut en 1887.

Il est membre du jury à l'Exposition nationale et coloniale de Rouen en 1896.

Le , la Société industrielle de Rouen fête son cinquantenaire scientifique. À cette occasion, Alphonse Guilloux réalise une plaquette en bronze.

Il est inhumé au cimetière monumental de Rouen[2].

Son nom a été donné à une rue à Rouen et à Elbeuf.

Récompenses et distinctionsModifier

Il est nommé officier d'Académie en 1860 et officier de l'Instruction publique en 1865.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1870 puis promu officier en 1895[3].

Il reçoit la médaille de vermeil de la Société industrielle d'Elbeuf en 1862, la médaille d'or des Sociétés savantes à la Sorbonne en 1872. Sur le rapport de Jean-Baptiste Dumas, il reçoit la grande médaille de platine de la Société d'encouragement de Paris en 1872.

Il est lauréat de l'Institut (prix Jecker) en 1877 pour ses travaux sur l'ozone.

Il est titulaire de l'Ordre du Lion et du Soleil de Perse.

ŒuvresModifier

  • Histoire de la houille et de ses dérivés, Rouen, Lapierre, 1863
  • Organisation de la station agronomique de Rouen, Rouen, Chaix, 1863
  • Ozone, Mesnil (Eure), H. Firmin-Didot, 1866
  • Instruction sur l’emploi de l’azotimètre pour le tirage des engrais azoté, Paris, Dupont, 1874
  • Détermination de la valeur des engrais, Rouen, Deshays, 1875
  • Le Marc de pommes, sa composition, son emploi, sa conservation, Paris, Bellechasse, 1887
  • Sur la composition de quelques fumiers, et sur un moyen simple d’apprécier dans la pratique agricole la composition des fumiers ainsi que leur valeur relative en argent, Paris, Chamerot, 1888
  • Rapport sur les champs de démonstration, Rouen, Cagniard, 1888-1899
  • Station agronomique de la Seine-Inférieure. Fruits à pressoir et marcs de pommes et de poires, leur emploi dans la ferme : rations nouvelles pour suppléer au manque de fourrage, Rouen, Cagniard, 1893

Notes et référencesModifier

  1. « La mort de M. Houzeau », Le Journal de Rouen,‎ , p. 2
  2. Le Journal de Rouen, 19 février 1911, p.5
  3. « Cote LH/1313/47 », base Léonore, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Le Cinquantenaire scientifique du chimiste Jean-Auguste Houzeau », Le Journal de Rouen,‎ , p. 1-2
  • « Mort de M. Auguste Houzeau », Le Journal de Rouen,‎ , p. 2
  • Oscar Piéquet, Notice sur la vie et les travaux de Auguste Houzeau (1829-1911), Rouen, Léon Gy, (OCLC 493986070)
  • Albert Gascard, Notice sur Jean-Auguste Houzeau (1829-1911), Rouen, A. Lainé, (OCLC 457609911)

Liens externesModifier