Atlanersa

Atlanersa
Image illustrative de l’article Atlanersa
Statue colossale en granit d'Atlanersa provenant de son temple Osiris-Dedouen au Gebel Barkal, aujourd'hui au Musée national du Soudan.
Période Royaume de Koush
Fonction Roi de Napata
Prédécesseur Tanoutamon
Dates de fonction -653 à -640
Successeur Senkamenisken
Famille
Père Taharqa ou Tanoutamon
Mère ...salka
Conjoint Yeturow - Khal - Malotaral - Taba[..]
Enfant(s) Senkamenisken

Atlanersa est un roi nubien (v. -653 / -640), successeur de Tanoutamon, le dernier souverain koushite (XXVe dynastie) de l'Égypte. Il ne règne que sur la région de Koush au sud d'Assouan.

GénéalogieModifier

Atlanersa est le fils de Taharqa[1] ou de Tanoutamon[2]. Sa mère est la reine dont le nom complet s'est perdu mais qui finit par ...salka. Atlanersa se marie avec ses deux sœurs : Yeturow et Khaliset. Il existe d'autres épouses dont Malotaral - mère de son successeur Senkamenisken- et Peltasen. Une autre femme au nom imcomplet : Taba[..], est peut-être une autre de ses concubines[2].

Famille royaleModifier

ParentsModifier

Atlanersa est le fils du roi Taharqa[1],[3],[4] ou moins probablement du prédécesseur immédiat d'Atlanersa, Tanoutamon. Les spécialistes, tels que László Török, qui soutiennent que le père d'Atlanersa était Taharqa, expliquent le règne de Tanoutamon par le fait qu'Atlanersa était peut-être trop jeune pour monter sur le trône à la mort de son père[5],[6],[7] et que la tentative de reconquête militaire de l'Égypte nécessitait un roi fort[8]. La société napatéenne a pu reconnaître l'ancienneté et la maturité comme des arguments valables pour hériter d'un trône. En ce sens, un jeune héritier au trône était négligé au profit d'une personne plus âgée jusqu'à ce qu'elle atteigne la maturité. À ce moment-là, si le roi mourait, le droit au trône de l'héritier initial était rétabli[9]. Si Atlanersa était effectivement un fils de Taharqa, il était alors un cousin croisé de Tanoutamon[9].

La mère d'Atlanersa était une reine qui apparaissait sur une scène du pylône au temple du Gebel Barkal B700 mais dont le nom n'est pas entièrement conservé et dont on sait seulement qu'il se terminait par [...]salka[10],[11]. Elle portait le titre de « Grande du sceptre d'Imat, femme noble »[12].

Reines et enfantsModifier

Atlanersa est marié à au moins deux de ses sœurs : Yeturow[13],[14], qui porte les titres de « Femme du roi », « Fille du roi », « Sœur du roi », « Maîtresse de l'Égypte »[15], et Khaliset (également connue sous le nom de Khalese) qui est « Femme noble », « Dame du sceptre Imat », « Chanteuse », « Grande fille du roi »[15],[16],. Khaliset doit être la mère de l'héritier d'Atlanersa, comme l'indiquent ses titres, mais il se peut qu'il s'agisse d'une autre des consorts d'Atlanersa, Malotaral « Maîtresse de Koush », qui est la mère de l'héritier d'Atlanersa, Senkamenisken[15],[17],[18]. D'autres consorts potentiels d'Atlantide ont été identifiés : sa sœur Peltasen[19] et les reines K[...] et Taba[...][2]. Enfin, il est tout à fait possible qu'Amenardis II, la Divine adoratrice d'Amon à Thèbes, ait été mariée à Atlanersa[20] ; de plus, elle pourrait avoir été sa sœur[21].

On connaît une fille d'Atlanersa par l'une de ses épouses : la reine Nasalsa, sœur-épouse de Senkamenisken et mère d'Anlamani et d'Aspelta[19]. Il est également possible que la reine Amanimalel ait été sa fille[22]. Le successeur d'Atlanersa, Senkamenisken, pourrait avoir été son fils[4],[23], mais pourrait plutôt avoir été son frère[24],[25].

RègneModifier

 
Sceau d'Atlanersa.

Atlanersa est connu par des représentations trouvées dans le temple du Gebel Barkal. À Dongola, un fragment d'obélisque a été découvert avec son nom.

Le règne d'Atlanersa suit immédiatement l'effondrement du contrôle nubien sur l'Égypte, qui voit la conquête assyrienne de l'Égypte puis le début de la Basse époque sous Psammétique Ier. La même période voit également l'intégration culturelle progressive des croyances égyptiennes par la civilisation koushite.

ConstructionsModifier

Atlanersa a construit une pyramide dans la nécropole de Nouri, que l'on pense être Nouri 20, et a peut-être aussi commencé une chapelle funéraire dans la même nécropole, aujourd'hui appelée Nouri 500. Atlanersa est le deuxième roi nubien à construire une pyramide à Nouri après Taharqa. Les fouilles de sa pyramide ont produit de nombreux petits artefacts qui sont aujourd'hui exposés au Museum of Fine Arts de Boston, aux États-Unis. La construction la plus marquante d'Atlanersa est son temple au dieu syncrétique Osiris-Dedouen dans le Gebel Barkal, appelé B700, qu'il a terminé et n'a eu le temps de décorer que partiellement. Cela suggère qu'il est mort de façon inattendue. L'entrée du temple devait être flanquée de deux statues colossales du roi, dont l'une fut achevée et mise en place et se trouve aujourd'hui au Musée national du Soudan.

SépultureModifier

Atlanersa est enterré dans la pyramide Nu. 20 à Nouri[1].

 
Gros plan sur les ruines de la pyramide Nu. 20 d'Atlanersa (au premier plan) et la pyramide d'Amaniastabarqa.
 
Ruines de la pyramide Nu. 20 d'Atlanersa (au premier plan) et la pyramide d'Amaniastabarqa (à l'arrière-plan).

Suite aux fouilles de la nécropole de Nouri, Reisner a proposé d'attribuer la pyramide Nu. 20 à Atlanersa sur des bases chronologiques. Nu. 20 est la deuxième plus ancienne pyramide de la nécropole après celle de Taharqa et n'appartenait pas à Senkamenisken, dont la pyramide Nu. 3 a été construite ultérieurement[26]. Les arguments de Reisner ont été largement acceptés. Atlanersa fut le deuxième roi, après Taharqa, à choisir Nouri pour sa sépulture ; ce fait incite certains spécialistes — dont Török, Timothy Kendall et El-Hassan Ahmed Mohamed — à avancer qu'Atlanersa était le fils de Taharqa et qu'il a choisi cette nécropole pour être proche de son père et l'honorer[27],[1].

La pyramide est faite de maçonnerie de grès, avec une pente raide à 66° et une surface d'environ 12,09 m2. Le complexe pyramidal est entouré d'une enceinte en grès et comprend une petite chapelle adjacente au côté Est de la pyramide[4]. En son centre, la chapelle abritait un support d'offrandes sur lequel se trouvait une table d'offrandes, tous deux en granit gris[4]. La table était à l'origine inscrite de reliefs et de hiéroglyphes, aujourd'hui illisibles[13].

On accédait aux substructures de la pyramide par un escalier de trente-six marches, partant du niveau du sol à l'est de la chapelle. Au bout de l'escalier se trouvait un mur de maçonnerie destiné à empêcher les voleurs de pénétrer dans la tombe, qui comprenait deux chambres. L'antichambre mesure 2,6 × 2,5 m, tandis que la chambre funéraire est plus grande avec 5,65 × 3,75 m[28]. Cette dernière contenait un couvercle et plusieurs fragments de vases canopes, onze ou douze figurines canopes en argile représentant des dieux et des déesses, dont Osiris, Imsety[29] et Neith[13], quelques incrustations de lapis-lazuli, d'obsidienne et d'ardoise (provenant toutes d'un sarcophage)[30] et des fragments d'ouchebtis en faïence[28].

Les fouilles de la pyramide ont livré de nombreux objets, dont des fragments de jarres et de récipients en albâtre, dont l'un portait des cartouches de Tanoutamon, plusieurs bols, un scarabée en béryl attaché à une boucle en fil d'or[31], des morceaux de feuille d'or, un pendentif en faïence avec le cartouche d'Atlanersa[32], des amulettes[33][34] et des perles[35], des morceaux de pâte[36] et d'autres fragments d'ouchebtis. [Au total, quinzeouchebtis complets ont été récupérés sur les 235 trouvés dans la pyramide[37],[38],[39], tous d'une taille d'environ quinze centimètres[13]. Plusieurs de ces objets sont maintenant exposés au Musée des Beaux-Arts de Boston[40].

Un bâtiment rectangulaire voisin en grès brun, aujourd'hui connu sous le nom de Nu. 500, était peut-être une chapelle funéraire[41]. Il a livré une tablette votive en albâtre portant le cartouche d'Atlanersa[41][42].

TitulatureModifier

Atlanersa adopte la titulature des pharaons égyptiens[43].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, Londres, Thames & Hudson Ltd, (ISBN 978-0-500-05128-3)
  • Aidan Dodson, « The Problem of Amenirdis II and the Heirs to the Office of God's Wife of Amun during the Twenty-Sixth Dynasty », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 88,‎ , p. 179–186 (DOI 10.1177/030751330208800112, JSTOR 3822343, S2CID 190737173)
  • Samia Dafa'alla, « Succession in the Kingdom of Napata, 900–300 B.C. », The International Journal of African Historical Studies, vol. 26, no 1,‎ , p. 167–174 (DOI 10.2307/219190, JSTOR 219190)
  • Dows Dunham et M. F. Laming Macadam, « Names and Relationships of the Royal Family of Napata », Journal of Egyptian Archaeology, no 35,‎ , p. 139-149
  • Dows Dunham, The Royal Cemeteries of Kush. Volume II Nuri, Boston, Massachusetts, Museum of Fine Arts, (OCLC 265463334)
  • Tormod Eide, Tomas Hægg, Richard Holton Pierce et Laszlo Török, Fontes historiae Nubiorum. Textual Sources for the History of the Middle Nile Region Between the Eighth Century BC and the Sixth Century AD, vol. 1, Bergen, University of Bergen, Department of Classics, (ISBN 82-991411-6-8)
  • Dan'el Kahn, « The Assyrian Invasions of Egypt (673–663 B.C.) and the Final Expulsion of the Kushites », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 34,‎ , p. 251–267 (JSTOR 25157757)
  • Richard Lobban, Historical Dictionary of Ancient and Medieval Nubia, vol. 10, Lanham, Md., Scarecrow Press, coll. « Historical Dictionaries of Ancient Civilizations and Historical Eras », (ISBN 9780810865785)
  • Robert Morkot, Studien zum antiken Sudan, vol. 15, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, coll. « meroitica », , 179–229 p. (ISBN 3447041390), « Kingship and Kinship in the Empire of Kush »
  • Jeremy Pope, The Double Kingdom Under Taharqo: Studies in the History of Kush and Egypt c. 690–664 BC, Leiden, Brill, (ISBN 978-90-04-26295-9)
  • Bertha Porter et Rosalind Moss, Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs, and Paintings VII. Nubia. The Deserts and Outside Egypt, Oxford, Clarendon Press, (OCLC 459577709)
  • George Andrew Reisner, Varia Africana II, vol. 2, Cambridge, Harvard University Press, (OCLC 941042965, lire en ligne), « Preliminary Report on the Harvard-Boston excavation at Nûri: the kings of Ethiopia after Tirhaqa »
  • László Török, Tormod Eide, Tomas Hagg et Richard Holton Pierce, Fontes historia nubiorum : textual sources for the history of the Middle Nile Region between the Eighth century B.C. and the sixth century A.D., vol. I : From the eighth to the Mid-fifth century B.C, Bergen, University of Bergen, coll. « Dpt. of Classics », , 210-211 p. (ISBN 978-82-991411-6-1)
  • László Török, The kingdom of Kush: handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leiden, coll. « Handbuch der Orientalistik. Abteilung 1. Nahe und Mittlere Osten », (ISBN 9789004104488, lire en ligne).

Lien externeModifier