Aspergillus fumigatus

espèce de champignons

Aspergillus fumigatus est un champignon du genre Aspergillus, responsable d'infections sévères chez les humains et chez les oiseaux[1]. Chez les humains, il est responsable de maladies comme l'aspergillose bronchopulmonaire et l'aspergillome, chez les oiseaux il est responsable de l'aspergillose aviaire.

Aspergillus fumigatus vu au microscope électronique.

L'épandage massif de fongicides agricoles — qui ont souvent des modes d'action similaires aux médicaments antimycosiques — induit une résistance aux azoles chez Aspergillus fumigatus. Ce champignon n'est pourtant pas un pathogène pour les plantes mais est présent dans les sols traités. Dans les hôpitaux néerlandais, jusqu'à 20 % des cas impliquent des souches résistantes[2],[3],[4].

IdentificationModifier

Les Aspergillus sont de bons antigènes qui forment dans l'organisme parasité des anticorps caractéristiques.

Le diagnostic peut se faire à l'examen direct ou en culture[5]. Cette dernière se réalise sur une gélose de Sabouraud additionnée d'antibiotiques, ou une gélose à l'extrait de malt.

PathologieModifier

AspergillosesModifier

C'est la plus fréquente des affections à Aspergillus.

Elle est caractérisée

  • au point de vue clinique, par la présence à intervalles réguliers de petites hémoptysies de sang rouge.
  • au point de vue radiologique, par une image arrondie, surmontée d'un croissant clair, située en général à l'apex d'un lobe supérieur.

La pneumonie aspergillaire autrefois exceptionnelle, est maintenant plus fréquente car elle se développe chez des individus soit affaiblis par une autre maladie, soit sous traitement immuno-suppresseur.

Elle est extrêmement grave : les symptômes sont ceux d'une pneumonie avec fièvre et leucocytose.

Le , la revue Lancet signale le décès d'un jardinier britannique mort après avoir respiré des spores d'un champignon microscopique Aspergillus fumigatus contenu dans de la matière organique en décomposition qu'il avait répandue la veille[6].

La prévention des aspergilloses à domicile a fait l'objet d'une étude par le CHU de Nantes[7] : il est indispensable pour les sujets immunodéprimés d'éviter d'inhaler l'air dans des situations environnementales dégradées par la mise en suspension de spores dans l'air, notamment il convient de fermer les fenêtres des habitations lorsqu'elles sont à proximité de situations mettant en mouvement ce type de spores, tels des chantiers de construction ou rénovation, des travaux agricoles ou de jardinages, et de nettoyer de façon approfondie et de manière régulière avec un aspirateur équipé d'un filtre HEPA toutes les pièces de l'environnement domestique concerné, et d'effectuer un nettoyage des meubles et tissus avec des produits ménagers appropriés. Il convient d'entretenir et changer régulièrement la literie (matelas et oreiller), d'éviter les parfums d'intérieur chimiques, les plantes, et prohiber le tabac.

ToxicosesModifier

 
Aspergillus fumigatus

Aspergillus fumigatus produit de nombreux métabolites sources de toxicité, comme les clavines ou les gliotoxines.

RéférencesModifier

  1. « aspergillose », sur AnimauxExotiques.com
  2. Laurie Henry, « La prochaine pandémie pourrait être due à des champignons contre lesquels nous sommes démunis », sur Trust my science, .
  3. (en) Amelia E. Barber, Jennifer Riedel, Tongta Sae-Ong, Kang Kang, Werner Brabetz, Gianni Panagiotou, Holger B. Deising, Oliver Kurzai, « Effects of Agricultural Fungicide Use on Aspergillus fumigatus Abundance, Antifungal Susceptibility, and Population Structure », MBio, ASM,‎ (ISSN 2150-7511 et 2161-2129, DOI 10.1128/MBIO.02213-20) 
  4. (en) S Earl Kang, Leilani G Sumabat, Tina Melie, Brandon Mangum, Michelle Momany, Marin T Brewer, « Evidence for the agricultural origin of resistance to multiple antimicrobials in Aspergillus fumigatus, a fungal pathogen of humans », G3, Société américaine de génétique (d),‎ (ISSN 2160-1836, OCLC 704284671, DOI 10.1093/G3JOURNAL/JKAB427) 
  5. « Aspergillus : diagnostic biologique », sur MemoBio (consulté le ).
  6. Le Figaro du , page 15, Un homme tué par des spores de champignon
  7. « aspergilloses - mesures préventives », sur CHU de Nantes (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier