Ouvrir le menu principal

ÉvénementsModifier

 
Fibules du trésor de Szilágysomlyó
  • Vers 420 :
    • découverte d’offrandes funéraires destinées à de haut dignitaires huns en Hongrie (sites de Pécs-Üszögpuszta, Bátaszék et Pannanhalma) : pièces de harnachement (ferrets et pendentifs de bride, mors en fer à aiguille dorées, garnitures de selle en or), armes (pointes de flèches à trois ailettes, pointe de lance en fer, longue épée, petits arcs de parade couverts de tôles d’or), plaques-boucles cloisonnées (de ceinture, de bottes, de suspension d’épée).
    • trésor de la tombe de Szeged-Nagyszéksos (non datée exactement) : torque d’or massif de 401 g, plaques-boucles, vêtements cousus de fil d’or et paillettes d’or, garniture en or d’un fourreau d’épée, d’un arc d’apparat, d’un carquois, de selles, récipients (coupes d’électrum…).
    • découverte de quelque 25 chaudrons hunniques de bronze ou fragments du fleuve Ob jusqu’à Troyes, dans l’aire d’expansion (pour les régions conquises) et l'aire commerciale des Huns. Leur technologie et leur ornementation sont d’origine chinoise. Les plus nombreux ont été retrouvés dans les plaines de la rive gauche du bas Danube et dans le bassin de Tisza et du Danube en Hongrie, les deux centres du pouvoir hunnique. Ces chaudrons, hauts de 35 cm à un mètre, sont tenus pour des récipients sacrificiels, utilisés pour des offrandes, parfois liés à des inhumations[2].
  • 424-425 : trésors de Szilágysomlyó (Transylvanie), composés de fibules d’or et d’argent ornées de pierreries, attribués aux Gépides en fuite, installés depuis le IIIe siècle dans les vallées de la Tisza supérieure, du Szamos et de la Kraszna.
  • 430-450 : l’art de la mosaïque triomphe au mausolée que s’est fait construire Galla Placidia à Ravenne.
  • Vers 440 :
    • « Trésor de Carthage », découvert dans une tombe de Koudiat-Zateur en Tunisie, dans un sarcophage romain remployé, identifiée comme sarmate ou alaine de l’époque vandale et datée d’après 439 (plaque-boucle de ceinture cloisonnée en or, de type de Kertch, en Crimée, paillettes de voile de type hunnique).
    • les Romains orientaux offrent à l’aristocratie hunnique des produits de luxe : pourpre, maroquinerie rouge, dattes de Phénicie, poivre indien et autres épices, vaisselle d’or et d’argent, robes de soie, perles et pierres précieuses[2].
  • Vers 450 :


Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Les Grands Articles d'Universalis. Scandinavie : Géographie, économie, histoire et politique, vol. 101, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 9782852298569, présentation en ligne)
  2. a et b István Bóna, Les huns : le grand empire barbare d'Europe (IVe-Ve siècles), Errance, (présentation en ligne)
  3. René Grousset (1885-1952), <abbr%20class= "abbr%20indicateur-format%20format-pdf"%20title="Document%20au%20format%20Portable%20Document%20Format%20(PDF)%20d'Adobe">[PDF] « Histoire de la Chine », Club des Libraires de France, première édition : 1942