Arthur Somerset

Lord Arthur Somerset est né à Troy House (en) le et mort à Hyères le .

Arthur Somerset
Major Lord Henry Arthur George Somerset (1851-1926), - Vanity fair nov 19 1887.jpg
Caricature de 1887 de Lord Somerset.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Troy House (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
HyèresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Famille
Père
Mère
Lady Georgiana Curzon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Henry Somerset (en)
Henry Somerset (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire

BiographieModifier

Fils cadet du duc de Beaufort, il fut écuyer du Prince de Galles, chef de ses écuries, et major dans les Royal Horse Guards.

Homosexuel, il vécut séparé de sa femme après que celle-ci l'eut trouvé en compagnie d'un valet de pied. Il fut l'un des premiers admirateurs du futur écrivain Jean Lorrain, rencontré vers 1878.

En 1889, il fut impliqué dans le scandale de Cleveland Street : il fut soupçonné d'avoir été le client régulier d'un lupanar qui fournissait de petits télégraphistes à des membres de l'aristocratie. Plusieurs prostitués masculins l'ayant identifié et nommé comme client de leurs services, il fut interrogé par la police le , et bien que le procès-verbal de l'interrogatoire ait disparu, il a donné lieu à un rapport rédigé par l'attorney général, directeur des poursuites pénales, demandant que des poursuites fussent engagées contre lui en vertu de l'article 11 de la Criminal Law Amendment Act de 1885. Le nom de Somerset, jugé trop sensible, fut caché par un morceau de papier qu'on y colla. On croit qu'il aurait donné à la police les initiales d'un membre de la famille royale « P.A.V. », c'est-à-dire le prince Albert Victor, duc de Clarence et Avondale, son employeur et le second dans la liste de succession au trône. Selon Lord Curzon le prince fréquentait lui aussi ce lupanar pour homosexuels. Par la suite, l'attorney apprit que le secrétaire d'État à l'Intérieur souhaitait qu'il ne fît rien pour l'instant[1]. La police obtint une autre déclaration impliquant Somerset, tandis que celui-ci faisait en sorte que son avocat agît pour défendre les jeunes garçons arrêtés dans le scandale. Après que la police l'eut revu une seconde fois le , Somerset obtint un congé de son régiment et la permission de partir pour l'étranger[2].

Il se rendit d'abord à Hombourg mais retourna en Angleterre. Ayant appris en septembre l'imminence d'accusations, il s'enfuit en France pour y échapper. De là, il se rendit à Constantinople, Budapest, Vienne, puis revint en France, où il s'installa, vivant avec un Anglais, James Neale[3], et mourut en 1926, à 74 ans[4].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :