Artère cystique

L'artère cystique (également connue sous le nom d'artère célibataire) fournit du sang oxygéné à la vésicule biliaire et au canal cystique.

Artère cystique
Image dans Infobox.
L'artère cystique dérive de l'artère hépatique commune
Détails
Nom latin
arteria cystica
Origine
Branches
Branche superficielle, branche profonde
Structures vascularisées
Veine associée

Forme la plus communeModifier

Dans l'agencement classique (70% des cas), une artère cystique unique provient de la flexion géniculée de l'artère hépatique droite dans la partie supérieure du triangle hépatobiliaire[1]. Une origine plus proximale ou distale de l'artère hépatique droite est également considérée comme relativement normale.

Après s'être séparée de l'artère hépatique droite, l'artère cystique se déplace en haut vers le canal cystique et produit 2 à 4 branches mineures qui alimentent une partie du canal cystique et du col de la vésicule biliaire avant de se diviser en 2 branches à la face supérieure du col de la vésicule biliaire :

  • La branche superficielle (ou branche antérieure) passe sous la face gauche de la vésicule biliaire.
  • La branche profonde (ou branche postérieure) s'étend entre la vésicule biliaire et la fosse de la vésicule biliaire, se terminant au péritoine attaché à la surface du foie.

Variation anatomiqueModifier

Artère cystique doubleModifier

Lorsque les branches superficielle et profonde de l'artère cystique ne partagent pas une origine commune, elle est définie comme une double artère cystique survenant avec une fréquence de 15%.

La branche profonde provient systématiquement de l'artère hépatique droite qui est généralement aussi la source d'origine de la branche superficielle, mais dans certains cas, il a été constaté qu'elle provenait de l'artère segmentaire antérieure, de l'artère hépatique moyenne, de l'artère hépatique gauche, de l'artère mésentérique supérieure, de l'artère gastroduodénale ou de l'artère rétroduodénale.

Il a été démontré qu'environ la moitié des artères cystiques superficielles pénètrent par le triangle hépatobiliaire, tandis que les artères cystiques profondes sont souvent assez petites en longueur et en diamètre. Le triplement de l'artère cystique est très rare, survenant entre 0 et 0,3% des cas.

Origine aberrante de l'artère hépatique droiteModifier

Une anatomie inhabituelle du foie droit peut affecter le trajet et la forme de l'artère cystique, la variation la plus fréquente résultant d'une origine aberrante de l'artère hépatique droite qui est décrite dans 2 à 16% des cas.

Généralement l'origine anormale est l'artère mésentérique supérieure ou plus rarement l'aorte abdominale, produisant ce qui a été décrit comme une «artère hépatique droite remplaçante», passant par le triangle hépatobiliaire et passant postérieurement et parallèlement au canal cystique[2].

En raison de la proximité étroite de la vésicule biliaire avec l'artère hépatique droite (de remplacement), une bosse peut se former, et cette artère produit généralement plusieurs branches cystiques courtes plutôt qu'une seule artère cystique[3].

Artère hépatique gaucheModifier

L'artère cystique peut provenir de l'artère hépatique gauche et, dans ce cas, elle traverse généralement un passage de parenchyme hépatique, en s'approchant du col de la vésicule biliaire, avant de bifurquer en branches ascendantes (ou supérieures) et descendantes (ou inférieures). Cette situation se retrouve dans environ 1% des cas.

Cette forme ne passe pas par le triangle hépatobiliaire et a été retrouvée située à la fois en avant et en arrière du canal hépatique commun[1].

Artère cystique récurrenteModifier

Chez moins de 1% des patients, une forme connue sous le nom d'artère cystique récurrente est trouvée - l'artère cystique provient de l'artère hépatique gauche et traverse les ligaments cholécystoduodénaux ou cholécystocoliques (reliant respectivement la vésicule biliaire au duodénum et au côlon transverse), suit le bord droit du ligament hépato-duodénal, et se connecte au fond de la vésicule biliaire avant de descendre pour alimenter le corps et le cou[1].

Artère cystique basseModifier

Lorsque l'artère cystique unique provient de l'artère gastroduodénale, elle forme une configuration appelée artère cystique basse, car elle passe en dessous du canal cystique à travers le ligament cholécystoduodénal, et reste donc en dehors du triangle hépatobiliaire[1].

Cette condition a également été décrite comme une artère cystique inférieure et une transposition de l'artère et du canal cystique avec une prévalence d'environ 5%.

Chez 25% de ces patients, il y aura un apport artériel secondaire à la vésicule biliaire, avec l'artère basse agissant comme l'équivalent de la branche postérieure[3].

Signification cliniqueModifier

L'artère hépatique doit être identifiée et ligaturée lors des opérations d'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie).

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Balija, Huis, Nikolic et Stulhofer, « Laparoscopic visualization of the cystic artery anatomy », World Journal of Surgery, vol. 23, no 7,‎ , p. 703–7; discussion 707 (PMID 10390590, DOI 10.1007/pl00012372)
  2. Mlakar, Gadžijev, Ravnik et Hribernik, « Anatomical Variations of the Cystic Artery », European Journal of Morphology, vol. 41, no 1,‎ , p. 31–4 (PMID 15121546, DOI 10.1076/ejom.41.1.31.28103)
  3. a et b Hugh, Kelly et Li, « Laparoscopic anatomy of the cystic artery », American Journal of Surgery, vol. 163, no 6,‎ , p. 593–5 (PMID 1534464, DOI 10.1016/0002-9610(92)90564-8)