Arnaud Aubert

prélat catholique

Arnaud Aubert
Biographie
Naissance
Décès
Évêque de l’Église catholique
Archevêque d'Auch
Évêque de Carcassonne
Évêque d'Agde
Autres fonctions
Fonction religieuse
Camérier pontifical
Fonction laïque
Médiateur avec la cité de Florence

Ornements extérieurs Evêques.svg
Shield of family Aubert.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Arnaud Aubert est un limousin ayant accompli une brillante carrière à la cour des papes d'Avignon dans le second tiers du XIVe siècle. Promu évêque d'Agde en février 1354, puis de Carcassonne à l'automne suivant, il succède à Guillaume de Flavacourt sur le siège d'Auch à compter de 1357. Il décède le 11 juin 1371 à Boulbon.

BiographieModifier

Arnaud Aubert apparaît en curie en 1332. Il obtient de confortables bénéfices de Benoît XII, mais c'est Etienne Aubert, son oncle, qui accélère sa carrière. Une fois devenu pape sous le nom d'Innocent VI, Etienne promeut Arnaud notaire pontifical, l'élève à la dignité épiscopale, le transférant d'Agde à Carcassonne en 1354, et lui octroie le siège archiépiscopal d'Auch trois ans plus tard.

Pour autant, Arnaud Aubert continue de servir son oncle au palais pontifical d'Avignon, comme référendaire, camérier pontifical puis administrateur du diocèse d'Avignon[1]. Lorsque, en 1367 Urbain V part d'Avignon à Rome pour tenter d'y réinstaller le siège pontifical, Arnaud Aubert est amené à gouverner la cour pontificale, conduire des négociations diplomatiques et veiller aux opérations financières. Fort de cette expérience, il est investi à son retour en Avignon, par Grégoire XI, d'une mission de médiation avec la cité de Florence.

Arnaud Aubert supplée son absence en Gascogne par la nomination de vicaires généraux le représentant tant pour le gouvernement du diocèse que de la province d'Auch. Les livres de compte des administrateurs de son siège ont été versés, à son décès, dans la série des Collectories des Archives Secrètes du Vatican. Ils ont été en partie édités pour rendre compte des travaux effectués par cet archevêque au donjon de Bassoues, une dépendance du temporel auxitain[2].Il ajoute l'aile nord du château de Mazères sur un modèle proche des constructions du palais des Papes à Avignon. Les mâchicoulis sur arcatures sont caractéristiques de ce style.

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. WILLIMAN Daniel éd., Calendar of the letters of Arnaud Aubert. Camerarius Apostolicus 1361-1371, Toronto, 1992.
  2. SAMARAN Charles, BRANET A., 'Le château et les deux tours de Bassoues d’après les comptes de construction inédits (1370-1371)'. In Bulletin de la Société Archéologique du Gers, t. 3 (1902), pp. 197-221.

BibliographieModifier

Jacques Lapart, La préfecture du Gers à Auch : histoire et architecture de l'ancien palais archiépiscopal. Bulletin de la Société Archéologique du Gers, 2014/2, p.153-182.