Ouvrir le menu principal
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Apollosix.

Apollo 6
Insigne de la mission
Données de la mission
Vaisseau Module de commande Apollo
Module de service Apollo
Fusée Saturn V
Équipage vol inhabité.
Date de lancement à 12 h 0 min 1 s UTC
Site de lancement Centre spatial Kennedy, Floride depuis Pad 39A.
Date d'atterrissage à 21 h 57 min 21 s UTC
Site d'atterrissage 27° 40′ N, 157° 55′ O
Durée h 57 min 20 s
Orbites 3
Navigation

Apollo 6 est le nom d'une des missions du programme spatial Apollo, visant à tester les capacités de la fusée Saturn V lors d'une injection translunaire. Ce fut le dernier vol inhabité du programme et le second de la Saturn V.

Sommaire

Objectifs et préparationsModifier

 
Maquette du module lunaire LTA-2R (en cours d'installation).

La mission Apollo 6 est un vol d'essai inhabité destiné à tester le second exemplaire de la fusée Saturn V avec comme charge utile un vaisseau Apollo composé des modules de commande et de Service (CSM-020) et d'une maquette grandeur nature de module lunaire (LTA-2R) équipée de capteurs de vibrations, permettant d'étudier les vibrations induites par la propulsion du premier étage de la Saturn V (effet pogo).

Le plan de vol prévu consiste à placer le vaisseau Apollo sur une orbite basse de parking, puis par rallumage du troisième étage de la Saturn V, à l'injecter sur une trajectoire coupant l'orbite lunaire. Ensuite, simuler l'annulation de ce transfert lunaire et opérer un retour vers la Terre avec le moteur du module de Service. La dernière étape du vol devait tester une rentrée du module de commande dans l'atmosphère réalisée dans les conditions d'un retour lunaire, à savoir une vitesse de 11 100 m/s sous un angle de rentrée de -6.5 degrés. L'ensemble du vol devait durer 10 heures[1].

Ce fut la première mission qui utilisa le Vehicle Assembly Building (VAB), la chambre de tir n° 2 et la base mobile de lancement #2.

Déroulement du volModifier

 
Le lancement

Bien que le vol ait été considéré comme un test concluant, le comportement de la fusée Saturn V (dont c'était le deuxième exemplaire après Apollo 4 en novembre 1967) n'a pas été entiérement satisfaisant. Chacun des trois étages a présenté des dysfonctionnements.

Tout de suite après le décollage, en effet, le premier étage a posé problème : oscillation et vibration dépassant les seuils fixés sont enregistrées dans le module de commande.

 
Photo extraite d'un film décrivant l'abandon de l'anneau séparant les deux premiers étages, pendant la phase de décollage.

Ensuite, la séparation entre le 1er et le 2e étage s'est certes déroulée convenablement (l'abandon de l'anneau de raccordement inter-étage a été filmé par une caméra placée à l'arrière du 2e étage, récupérée par la suite) mais deux des cinq moteurs J-2 du deuxième étage se sont arrêtés prématurément. L'un d'eux s'est arrêté du fait d'un dysfonctionnement de son système d'allumage. Ce moteur a alors transmis un signal de panne à l'ordinateur de bord qui, à la suite d'une erreur de câblage, a arrêté un autre moteur qui fonctionnait parfaitement. Sur un vol habité, un tel incident aurait annulé la mission. Mais, compte tenu du fait que la fusée n'emportait aucun équipage, les contrôleurs au sol ont décidé la poursuite de la mission. La poussée manquante a été compensée par les autres moteurs, mais l'orbite circulaire de parking n'a pas pu être atteinte comme prévue, remplacée par une orbite elliptique 367 x 178 km.

Enfin, après deux orbites terrestres, l'injection sur une trajectoire translunaire par rallumage du troisième étage n'a pu être réalisée : l'unique moteur J-2 ne s'est pas rallumé. En remplacement, le moteur du module de service a été activé pour élever l'apogée de l'orbite à 22 204 km, permettant de réaliser un retour dans l'atmosphère terrestre à la vitesse de 10 000 m/s au lieu de 11 000 m/s comme prévu, ce qui testa néanmoins le bouclier thermique du module de commande dans des conditions proches du nominal.

Au terme d'un vol qui aura duré moins de dix heures, le module de commande a été récupéré dans l'Océan Pacifique par le porte-avions Okinawa (il est aujourd'hui exposé au Fernbank Science Center, à Atlanta, en Géorgie).

Malgré les différents problèmes rencontrés, les principaux objectifs de ce vol ont été atteints, ce qui a conforté la NASA dans la poursuite du programme.

Données détailléesModifier

Vol n° AS 502; Fusée Saturn V.( S-IC2 + S-II-2 + S-IVB-502 + S-IU-502)
Vaisseaux spatiaux: Apollo CM-02 + SM-014 + LTA-2R

PhotographiesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Saturn V Launch Vehicle Flight Evaluation Report - AS-502 Apollo 6 Mission, NASA, , PDF (lire en ligne)