Ouvrir le menu principal

Antoine Philippe Casalta, dit Darius

général français de la révolution et de l’Empire

Antoine Philippe Casalta
dit Darius
Antoine Philippe Casalta, dit Darius

Naissance
Casalta (République corse)
Décès (à 87 ans)
Cervione (Corse)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1792-1815
Distinctions Commandeur de la Légion d’honneur

Antoine Philippe Casalta , dit Darius né le à San-Giuliano (République corse), mort le à Cervione (Corse), est un général français de la révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il participe à la formation des premières gardes nationales et il est élu lieutenant-colonel au 1er bataillon de volontaires de la Corse. Il devient rapidement chef de bataillon à l’armée d’Italie, il est blessé le à l’affaire de Biguglia, puis chef de brigade le et enfin général de brigade d’infanterie le .

Après la prise de Livourne en 1796, Bonaparte résolu à chasser les Anglais de Corse, Il reçoit l’ordre d’embarquer avec la 28e division de la gendarmerie nationale et quelques compatriotes. Débarqué le 27 vendémiaire an V (), il réunit un nombre considérable de patriotes qui vinrent augmenter l’effectif de ses combattants. Rapidement il se porte sur Bastia qu’il atteint le 29 au matin, s’empare des hauteurs qui domine la ville et somme les Anglais de se rendre. Il fait 900 prisonniers et s’empare d’une grande partie de leurs magasins.

Le 30 vendémiaire, il marche sur Saint-Florent et après une vive résistance de l’ennemi dans les gorges de Saint-Germano, il parvient à s’emparer de cette ville. Le 30 au soir il est à Bonifacio, où il fait encore un nombre considérable de prisonniers. Début prairial, il débarque avec 1 300 hommes sur l’ile de la Maddalena, située entre la Sardaigne et la Corse pour empêcher les Anglais d’en prendre possession.

En l’an VII, il est envoyé de nouveau en Corse pour y prendre le commandement du département de Golo, sous les ordres du général Ambert, puis du général Morand. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 19 frimaire an XII () et commandeur du même ordre le 26 prairial an XII (). Il est admis à la retraite en l’an XIV (1805).

En 1815, lors du retour de Napoléon, il se met à la tête du camp de Bastia et est nommé membre de la Junte d’administration de l’ile. Rendu à la vie civile à la Deuxième Restauration, il n’occupe plus aucune fonction officielle jusqu’à sa mort le .

SourcesModifier