Antoine Gayotti

Antoine Gayotti est un piémontais qui a introduit en 1536 dans la région lyonnaise l’usage des moulins à dévider les cocons de soie, venu de Bologne en Italie et répandu dans les vallées vaudoises du Piémont. Il a francisé son nom en Gayot et créé une « maîtrise des fileurs de soie » à Saint-Chamond, non loin de l’ancien aqueduc romain qui menait l’eau des sources du Gier à Vienne.

Antoine Gayotti s’est d’abord installé aux sources du Gier, au-dessus du village de La Valla-en-Gier, là où plusieurs retenues d’eau donnent de la force aux moulins. Puis il s'est déplacé un peu plus bas dans la vallée pour fonder un établissement à Saint-Chamond, duquel est né l’industrie du ruban et de la passementerie. Ensuite, le seigneur protestant Jean de Fay va s'inspirer de son succès pour faire venir d’autres Italiens, comme Pierre Benay, une trentaine de kilomètres plus à l’ouest, toujours sur les flancs du Massif du Pilat, à Pélussin, Condrieu et Virieu.

Un de ses métiers à tisser sera expédié à un habitant d’Izieux par la communauté des dames de Sant-Pierre. En 1645 il y avait sur la paroisse de Saint-Chamond 43 mouliniers de noms différents[1]. Gayotti est le petit-fils d’une famille de mouliniers bolonais du milieu du XVe siècle, dont les parents ont émigré au Piémont. Privé de droit d’aînesse, il apprend que la ville de Lyon accueille des Italiens travaillant sur les fils d’or et soie et les rubans. Il installe alors trois moulins près du saut du Gier, sous la protection du château du Thoil, dépendant de la seigneurie de Tournon[2].

La famille de Tournon, avec les Balazuc et les Roussillon, partageait le sceptre féodal du Vivarais, et créa la ville d’Annonay ainsi qu’une université à Tournon[3].

Des traces de cette industrie (une navette de 1575) restent dans la maison que Gayotti a occupé au 55 grande rue à Saint-Chamond, vendue en 1619 par son gendre Gayot-Palluat de Besset.

Sources et référencesModifier

  • Bulletin publié par la Société agricole et industrielle de l’arrondissement de Saint-Étienne, Jean Antoine de La Tour-Varan - 1838 - Page 262
  • Annales De Société d’agriculture, industrie, sciences, arts et belles-lettres du département de la Loire, p. 139
  • Ennemond Richard, vice-président de la Chambre de commerce de Saint-Étienne, sur demande de la rédaction du "Mémorial de la Loire".

Notes et référencesModifier

  1. Annales, , 696 p. (lire en ligne), p. 141
  2. Société agricole et industrielle de l'arrondissement de Saint-Étienne, Bulletin publié par la Société agricole et industrielle de l'arrondissement de Saint-Étienne, , 660 p. (lire en ligne), p. 262
  3. http://www.nimausensis.com/ardeche/Gravures/Louvesc.htm