Ouvrir le menu principal

Antoine-René Mauduit

professeur de mathématique au Collège de France
Antoine-René Mauduit
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Antoine-René Mauduit (né à Paris le , mort à Paris le ) architecte du Roi, fut professeur de mathématiques, d'abord à l'École des ponts et chaussées et à l'Académie royale d'architecture, ensuite aux écoles centrales, membre de la Société des sciences et arts de Metz.

Il fut détenteur de la chaire de géométrie ramiste au Collège de France.

Antoine-René Mauduit est le père de la peintre Louise Marie-Jeanne Hersent née Mauduit et le beau-père du peintre Louis Hersent.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (11e division)[1].

ŒuvresModifier

  • Éléments des sections coniques, démontrées par la synthèse; ouvrage dans lequel on a renfermé le petit Traité des « sections coniques » de M. Lahire. Paris, Desaint, 1757, in-8°.
  • Introduction aux Éléments des sections coniques, pour servir de suite aux Éléments de géométrie de M. Rivard. Paris. Desaint, 1761, in-8°.
  • Leçons de Géométrie théorique et pratique. Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée. Paris, Courcier (réimpr. Bachelier, 1817), 2 vol. in-8°, avec 17 planches. La première édition parut en 1772
  • Leçons élémentaires d'Arithmétique, ou Principes d'analyse numérique. Nouvelle (3e) édition. Paris , 1804, in-8°.

La première édition est de 1780.

  • Principes d’Astronomie sphérique, ou Traité complet de trigonométrie sphérique, dans laquelle on a réuni les solutions numériques & géométriques et analytiques de tous les problèmes qui ont rapport à la résolution des triangles sphériques quelconques, avec une théorie des différences des mêmes triangles. Paris, 1765, in-8°, avec figures.
  • Psaumes en vers par M. M...t, professeur de mathématiques, etc. Paris, Bleuet (1814 ), 24 p.

Cet Essai ne contient que neuf psaumes traduits, ou plutôt paraphrasés ; il en avait traduit un bien plus grand nombre, mais c'est tout ce qu'il a publié.

Mauduit a aussi traduit en vers français le Morate cæli desuper, imprimé en 1810.

On doit aussi à ce professeur une nouvelle édition, avec des additions et corrections, du Cours de mathématiques de Bélidor ( 1759).

SourceModifier

  • Joseph-Marie Quérard, La France littéraire: ou Dictionnaire bibliographique des savants, vol. 5, Firmin Didot,

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 244