Ouvrir le menu principal

Angie Elisabeth Brooks

diplomate libérienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brooks.
Angie Elisabeth Brooks
Françoise Foliot - Togo - 034 - Angie Brooks-Randolph.jpg
Angie Elizabeth Brooks lors du Colloque sur la promotion de la femme face aux responsabilités communales en 1975 à Lomé.
Fonctions
Président de l'Assemblée générale des Nations unies
-
Emilio Arenales Catalán (en)
Edvard Hambro (en)
Permanent Representative of Liberia to the United Nations (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
HoustonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
University College de Londres
Faculté de droit de l'université du Wisconsin (en)
Université ShawVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Organisation des Nations unies, Supreme Court of Liberia (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de

Angie Elizabeth Brooks, née le à Virginia au Libéria et morte le à Houston au Texas, est une diplomate libérienne. Elle est la première femme africaine Présidente de l'Assemblée générale des Nations unies[1] ainsi que la second femme à le devenir[2].

En 1954, elle devient représentante permanente aux Nations unies[1] où elle s'intéresse à la transformation des pays colonisés en pays indépendants[3]. Son mandat se termine en 1977, lorsqu'elle est nommée à la Cour Suprême du Liberia. Nommée par le président William Richard Tolbert, elle est la première femme à servir à la Cour Suprême de son pays[4].

BiographieModifier

Fille d'un ministre baptiste, elle finance ses études en travaillant dans une laverie, en tant qu'assistante de bibliothèque et aide soignante[3]. En 1949, elle obtient son diplôme en sciences sociales de l'université Shaw située à Raleigh[1]. Trois ans plus tard, elle obtient un Bachelor of Laws en études politiques de l'Université du Wisconsin à Madison[1]. Elle est ensuite docteure en droit de l'Université Shaw et de l'Université Howard en 1962 et 1967[1].

Après son décès aux États-Unis, elle a droit à des funérailles d'État[5], puis elle est inhumée dans sa ville natale de Virginia[6].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) « Miss Angie Brooks Elected President Of The Twenty-Fourth Session of the General Assembly », sur United Nations
  2. (en) Jennifer S. Uglow et Maggy Hendry, The Northeastern Dictionary of Women's Biography, UPNE, (ISBN 9781555534219, lire en ligne)
  3. a et b (en) « Everybody's Miss Brooks », Times,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Angie takes her seat », Sunday Express,‎
  5. (en) « Liberia: Gender Ministry Regrets Angie Brooks Death »
  6. (en) « Funeral of Angie Brooks Randolph »

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

SourcesModifier