Ouvrir le menu principal

Amaurose congénitale de Leber

maladie génétique grave de la rétine

L' amaurose congénitale de Leber est une maladie génétique grave de la rétine décrit pour la première fois en 1869 par Théodor Leber qu'il appelle rétinite pigmentaire in utero.

Cette maladie ne doit pas être confondue avec la neuropathie optique de Leber, les anévrysmes miliaires de Leber et la neurorétinite stellaire idiopathique de Leber.

DescriptionModifier

Les premiers signes sont rapidement évidents dès les premiers mois de vie associant, réaction lente de la pupille à la lumière, un réflexe oculo-digital, une photophobie et un nystagmus. L'examen du fond d'œil est très variable souvent normal au début mais avec apparition d'une rétinite pigmentaire dans l'enfance. Le tracé électrorétinographique est très altéré et le plus souvent absent. L'évolution se fait vers la cécité en quelques décennies.

Cette maladie est parfois associèe avec le syndrome de Zellweger.

GénétiqueModifier

Le diagnostic est clinique. Sept gènes sont actuellement connus comme responsables de cette pathologie : CRX, CRB1, GUCY2D, AIPL1, RDH12, RPGRIP1, et RPE65. Les mutations de ces gènes sont retrouvés dans 30 à 50 % des cas d'amaurose congénitale de Leber. Trois autres locus supplémentaires sont actuellement individualisés comme responsables d'amaurose congénitale de Leber.

Elle est de transmission autosomique récessive chez la plupart des patients mais quelques cas d'hérédité autosomique dominante ont été rapportés.

Perspective de traitementModifier

La mutation sur le gène RPE65 a été trouvée sur une lignée de chiens atteints de cécité acquise et constituant ainsi un modèle expérimental de la maladie[1],[2]. L'injection locale du gène normal par l'intermédiaire d'un virus recombinant a permis l'amélioration de la vision de ces animaux[3]. Cette méthode de thérapie génique a été appliquée avec des résultats prometteurs chez des humains[4],[5]. Ce traitement ne peut être tenté que dans moins de 10 % des cas, correspondant à la proportion de patients porteurs de ce syndrome et de la mutation du gène RPE65[6]. Ce traitement serait d'autant plus efficace s'il est débuté dès l'enfance[7]. les résultats restent toutefois modestes et tendent à s'estomper avec le temps[8].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

  • (en) Richard G Weleber, Peter J Francis, Karmen M Trzupek, « Leber Congenital Amaurosis » In GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1993-2005 genetests.org
  • (de) Leber T (1869) « Ueber retinitis pigmentosa und angeborene Amaurose », Graefes Arch Clin Exp Ophthalmol. 15:1-25