Alison Etheridge

mathématicienne britannique

Alison Mary Etheridge (née en 1964) est une mathématicienne britannique, professeure de probabilité et chef du département de statistique[1], Université d'Oxford[2],[3],[4],[5]. Etheridge est membre du Magdalen College d'Oxford[6].

Alison M. Etheridge
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Stochastic Processes (d), génétique des populations, Theoretical ecology (en), théorie des probabilitésVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Directeur de thèse
David Albert Edwards (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

ÉducationModifier

Etheridge a fait ses études à la Smestow School (en)[7] et à l'Université d'Oxford où elle a obtenu un Master of Arts suivi d'un doctorat en 1989[8] pour des recherches dirigées par David Albert Edwards[9],[10].

Carrière et recherchesModifier

Après son doctorat, Etheridge a détenu des bourses de recherche à Oxford et Cambridge et des postes à l'université de Californie à Berkeley, à l'université d'Édimbourg et à l'université Queen Mary de Londres avant de retourner à Oxford en 1997[11].

Au cours de sa carrière, ses intérêts ont varié de problèmes mathématiques abstraits à des applications concrètes comme en témoignent ses quatre livres qui vont d'une monographie de recherche sur des objets mathématiques appelés superprocessus à une exploration (co-écrite avec Mark H. A. Davis (en)) de la percolation des idées de la thèse révolutionnaire de Louis Bachelier en 1900 à la finance mathématique moderne[11].

Une grande partie de ses recherches récentes portent sur les modèles mathématiques de la génétique des populations, où elle a été particulièrement impliquée dans les efforts pour comprendre les effets de la structure spatiale des populations sur leurs modèles de variation génétique[11].

Etheridge a apporté des contributions importantes à la théorie et aux applications des probabilités et aux liens entre elles[11]. Ses domaines de recherche particuliers ont porté sur les processus de mesure de la valeur (en particulier les superprocessus (en) et leurs généralisations); en génétique théorique des populations ; et en écologie mathématique (en). Un accent récent a été mis sur la génétique des populations spatialement étendues, où elle a exploité et développé des liens inextricables avec l' analyse stochastique à dimensions infinies. Sa résolution de la soi-disant « douleur dans le tore » est typique de son travail en ce qu'elle s'appuie sur des idées de divers domaines, des processus de mesure à l'analyse d'images. Le résultat est un cadre flexible pour la modélisation des populations biologiques qui, pour la première fois, combine l'écologie et la génétique de manière exploitable, tout en introduisant une classe de processus stochastiques nouvelle et mathématiquement intéressante. L'étendue de ses contributions est illustrée par les thèmes de ses quatre livres, qui vont de l'histoire des mathématiques financières à la modélisation mathématique en génétique des populations[12].

Prix et distinctionsModifier

Etheridge est élue membre de la Royal Society (en) (FRS) en 2015[11] et membre de l'Institut de statistique mathématique en 2016. Sa citation indique :

« for outstanding research on measure-valued stochastic processes and applications to population biology; and for international leadership and impressive service to the profession.[13] »

Le 1er août 2017, elle entame un mandat d'un an en tant que présidente de l'Institut de statistique mathématique, dont elle est actuellement présidente élue[14]. Elle reçoit le prix senior Anne Bennett de la London Mathematical Society en 2017, en reconnaissance de ses recherches exceptionnelles sur les processus stochastiques à valeur mesurée et leurs applications à la biologie des populations; et pour son leadership impressionnant et son service à la profession[15],[16] et est nommée officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE) lors des honneurs d'anniversaire 2017 pour services rendus à la science[17].

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alison Etheridge » (voir la liste des auteurs).
  1. « Alison Etheridge, Department of Statistics, University of Oxford », Department of Statistics
  2. Barton et Etheridge, « The Effect of Selection on Genealogies », Genetics, vol. 166, no 2,‎ , p. 1115–1131 (ISSN 0016-6731, PMID 15020491, PMCID 1470728, DOI 10.1534/genetics.166.2.1115)
  3. Barton, Depaulis et Etheridge, « Neutral evolution in spatially continuous populations », Theoretical Population Biology, vol. 61, no 1,‎ , p. 31–48 (PMID 11895381, DOI 10.1006/tpbi.2001.1557)
  4. Etheridge et Labbé, « Scaling limits of weakly asymmetric interfaces », Communications in Mathematical Physics, vol. 336,‎ , p. 287–336 (DOI 10.1007/s00220-014-2243-2, Bibcode 2015CMaPh.336..287E, arXiv 1403.2342)
  5. Kelleher, Barton et Etheridge, « Coalescent simulation in continuous space », Bioinformatics, vol. 29, no 7,‎ , p. 955–6 (PMID 23391497, DOI 10.1093/bioinformatics/btt067)
  6. « Professor Alison Etheridge - Magdalen College Oxford », www.magd.ox.ac.uk
  7. Anon, Who's Who (en) (online Oxford University Press), A & C Black (en), (DOI 10.1093/ww/9780199540884.013.U284138, lire en ligne  ), « Etheridge, Prof. Alison Mary (Mrs Lionel Mason) »  
  8. (en) Alison Mary Etheridge, « Asymptotic Behaviour of Some Measure-Valued Diffusions », University of Oxford,‎ (OCLC 556534862, lire en ligne).
  9. (en) « Alison Etheridge », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  10. Etheridge et Finnis, « Instability of the rate equations for creep coupled to swelling », Journal of Nuclear Materials, vol. 132, no 3,‎ , p. 277–283 (DOI 10.1016/0022-3115(85)90372-1, Bibcode 1985JNuM..132..277E)
  11. a b c d et e Anon, « Professor Alison Etheridge FRS » [archive du ], London, Royal Society, One or more of the preceding sentences incorporates text from the royalsociety.org website where: « "All text published under the heading 'Biography' on Fellow profile pages is available under Creative Commons Attribution 4.0 International License." » --« Royal Society Terms, conditions and policies » [archive du ] (consulté le )
  12. « Professor Alison Etheridge FRS » [archive du ], London, The Royal Society
  13. « IMS Fellows 2016 » [archive du ], Institute of Mathematical Statistics
  14. « Current officials » [archive du ], Institute of Mathematical Statistics
  15. (en) « Prizes of the London Mathematical Society », Notices of the American Mathematical Society, vol. 64, no 9,‎ , p. 1036 (lire en ligne)
  16. « 2017 LMS prize winners announced », aperiodical.com, The Aperiodical Retrieved 2017-07-17
  17. (en) The London Gazette, (Supplement) no 61962, p. B11, 17 juin 2017.

Liens externesModifier