Alice Pike Barney

peintre américaine

Alice Pike Barney (née Alice Pike ; 1857-1931) est une peintre américaine, qui a été active à Washington, DC et a travaillé à faire de Washington un centre des arts. Ses deux filles sont l'écrivain et l'hôtesse de salon Natalie Clifford Barney et l'écrivain bahá'íe Laura Clifford Barney (en)[1].

Alice Pike Barney
Alice Pike Barney - Self-Portrait in Repose.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Los AngelesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Woodland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Samuel Napthali Pike (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Ellen Meullion Miller (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Albert Clifford Barney (d)
Christian Dominique Hemmick (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Natalie Clifford Barney
Laura Clifford Barney (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

JeunesseModifier

 
Nymphéa, 1900, a été l'une de ses illustrations pour un livre de sa fille. Le modèle était la nièce de Alice Pike Barney, Ellen Goin.
 
Autoportrait à la Palette, 1906

Son père, Samuel Nephtali Pike, qui avait fait sa fortune avec le distillateur de whisky de marque Magnolia, est un mécène des arts à Cincinnati, Ohio, où il construit le Pike's Opera House. Son propre père est d'origine allemande et juive, et sa mère est d'origine néerlandaise et chrétienne. La mère d'Alice Pike Barney, Ursula Muellion “Ellen” Miller, est d'ascendance française[2].

Alice Pike fait ses études d'abord à Cincinnati puis à New York, où sa famille s'est installée en 1866[3]. Elle se marie en 1876 avec Albert Clifford Barney, et ils ont deux filles. Elle se remarie après la mort de son époux.

Elle est connue pour ses portraits et tableaux figuratifs. Elle se forme à Paris, avec Carolus-Duran en 1887 puis en 1896, et avec James McNeill Whistler en 1898-1899[3]. Elle subit également l'influence du mouvement symboliste, John White Alexander (en), Edmond Aman-Jean, et Lucien Levy-Dhurmer.

Étude de l'artModifier

Alice Pike Barney expose solo dans les grandes galeries dont la Corcoran Gallery of Art[4]. Des années plus tard, elle invente et brevette des dispositifs mécaniques, écrit et joue dans plusieurs pièces de théâtre et d'opéra[5] et travaille à promouvoir les arts à Washington, DC. Beaucoup de ses peintures sont maintenant dans la collection du Smithsonian American Art Museum[6].

Elle s'est convertie à la foi bahá'íe autour de 1900[7].

RéférencesModifier

  1. Rodriguez 2002, p. 163.
  2. Rodriguez 2002, p. 1-10.
  3. a et b McNickle Chastain 2000.
  4. Susan Haskell et Zora Martin Felton, « SIA RU007473, Barney, Alice Pike 1857-1931, Alice Pike Barney Paperss and Related Material, circa 1889-1995 », sur Smithsonian Institution Archives (consulté le 3 septembre 2006)
  5. Rodriguez 2002, p. 184.
  6. « Alice Pike Barney: Biography », Smithsonian American Art Museum (consulté le 3 septembre 2006)
  7. Rodriguez 2002, p. 141.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Jean L. Kling, Alice Pike Barney: Her Life and Art, Washington, DC, Smithsonian Institution Press, (ISBN 978-1-56098-344-6)
  • (en) Suzanne Rodriguez, Wild Heart: A Life: Natalie Clifford Barney and the Decadence of Literary Paris, New York, HarperCollins, (ISBN 978-0-06-093780-5), p. 163
  • (en) Laura R. Prieto, At Home in the Studio: The Professionalization of Women Artists in America, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-00486-3, lire en ligne)
  • Catherine McNickle Chastain, « Barney, Alice Pike (14 January 1857–12 October 1931) », dans American National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :