Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Prelle de la Nieppe.
Alain de Prelle
Alain de Prelle de la Nieppe (1922-1955).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 32 ans)
KhouribgaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Ludovic Moncheur (grand-père)
Théodore Verhaegen (arrière-arrière-grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alain de Prelle de la Nieppe, né à Pékin le et mort à Khouribga (Maroc) le , dans un accident de voiture, était un journaliste et aventurier belge.

Sommaire

BiographieModifier

Alain de Prelle est le fils aîné de Roger de Prelle (1895-1953) et de la baronne Marguerite Moncheur (1889-1972).

À 9 ans, il saute le mur de son collège, sème tous ses professeurs et aînés lancés à sa poursuite et gagne Anvers, bien décidé à s'engager comme mousse sur un navire marchand. On ne le rattrapera que grâce à des appels lancés à la radio.

Au printemps 1941, âgé de 18 ans, il s'enfuit vers l'Angleterre, seul, à vélo, sans plan et sans autre viatique que sa collection de timbres. Ayant gagné Londres, il entre à la Royal Navy en 1942 puis il est chargé d'une mission de liaison aux États-Unis. Il suit l'entraînement spécial des commandos de la marine au début de 1944. En juin, il participe au Débarquement en Normandie.

Après la guerre il se consacre au journalisme et à l'aventure. On lui doit un ouvrage historique sur les batailles navales entre l'Italie et la Royal Navy (Tarente, Bardia, Tobrouk et Matapan) édité en 1945 aux Éditions De Visscher. Après la Libération, il devient reporter et donnera ses articles à plusieurs organes de presse. Il fait alors, seul ou avec son épouse, plusieurs tours du monde. Très lié avec l'éditeur Paul Dupuis, il vient lui proposer un reportage pour son magazine Le Moustique. Au cours de la conversation, Charles Dupuis, frère de Paul, lui lance un défi : « Et si vous faisiez ce tour du monde sans argent ? ». Le défi est relevé. Le récit de son aventure sera donc tout naturellement édité aux éditions Dupuis. Ce seront les livres Le tour du monde sur un billet de mille et Cent mille kilomètres en système D. il y aura aussi Plus riche que Lavarède et Fiancé à l'aventure, toujours chez Dupuis.

En 1946 il épousa à Bruxelles Purification Hernaiz Van den Eynden (1924-2011). Ils eurent un fils et trois filles.

En 1955, il est au Maroc pour couvrir un soulèvement nationaliste près de Oued Zem. Il meurt à l'hôpital de Khouribga à la suite d'un accident de voiture[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9].

ŒuvresModifier

  1. De plein Fouet, Édition De Visscher, 1945
  2. Le Tour du Monde sur un Billet de Mille, Éditions Dupuis, 1953 (Préface du Lieutenant-Colonel Albert Crahay, Ancien Commandant du Premier Bataillon des Volontaires Belges pour la Corée).
  3. Cent Mille Kilomètres en Système D, Éditions Dupuis.
  4. Plus Riche que Lavarède, Éditions Dupuis.
  5. Fiancé à l'Aventure, Éditions Dupuis, 1955 (Grand Prix de l'Aventure vue par les Jeunes (Éditions Dupuis), préface du Raymond Vanker).
  6. Avontuur is mijn Beroep, Édition Vink, 1955 (Traduction néerlandaise du « Tour du Monde sur un Billet de Mille »).
  7. Mijn Avonturen in het Land van de Mau-Mau, Éditions Vink.
  8. Le Commando de la mort, histoire complète inédite publiée dans le n° 22 du Journal de Tintin, édition belge francophone, 1er juin 1950, illustrée par Raymond Reding.

Galerie de photosModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « ALAIN DE PRELLE est mort, Un journaliste tombé dans l'accomplissement de sa tâche », La Nation Belge, 25 août 1955.
  2. « Le journaliste belge Alain de Prelle est décédé des suites de ses blessures », Flandre libérale (Gand), 25 août 1955.
  3. « Holocauste au journalisme », Le Courrier, 25 août 1955
  4. « Mort de M. Alain de Prelle », Journal de Charleroi, 25 août 1955.
  5. « Alain de Prelle succombe à ses blessures à l'hôpital de Khourigba », Journal de Mons, 25 août 1955.
  6. « Un journaliste belge blessé au Maroc », La Cité, 22 août 1955.
  7. La Cité, 26 août 1955.
  8. « La mort d'Alain de Prelle », Europe Magazine.
  9. EDITORIAL « De Prelle, suite et fin », Vlan, p.5, 1er septembre 1993.

Voir aussiModifier