Ouvrir le menu principal
Alain Dewerpe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
André Dewerpe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Fanny Dewerpe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Maurice Aymard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alain Dewerpe, né le à Paris et mort le à Paris, est un historien français.

Il est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Sommaire

BiographieModifier

Alain Dewerpe naît orphelin de son père, André Dewerpe[1], celui-ci ayant été victime de la répression de la manifestation contre la venue du général américain Ridgway, le 28 mai 1952. Sa mère, Fanny Dewerpe, est l’une des neuf victimes des violences policières du métro Charonne, le 8 février 1962[2]. Il est élevé par ses deux grands-mères[3].

Militant un temps aux jeunesses communistes[4], il fait ses études secondaires au lycée Charlemagne, puis des études de lettres au lycée Henri-IV, de 1970 à 1973 et d’histoire à l’Institut de préparation aux enseignements de second degré (IPES) de 1971 à 1973 et étudie à l’École normale supérieure de 1973 à 1978[5].

Membre de l’École française de Rome (1981-1984), il est membre de son conseil scientifique et préside la commission d’admission de ses membres de 2011 à 2014.

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est un historien reconnu du monde industriel et des mouvements sociaux et politiques en Europe, notamment en France et en Italie.

OuvragesModifier

  • Un tour de France royal : le voyage de Charles IX (1564-1566), avec Jean Boutier et Daniel Nordman, Aubier, 1984. (ISBN 978-2700703757)
  • L’Industrie aux champs : essai sur la proto-industrialisation en Italie septentrionale (1800-1880), École française de Rome, 1985. (ISBN 978-2728300815)
  • La Fabrique des prolétaires : les ouvriers de la manufacture d'Oberkampf à Jouy-en-Josas, 1760-1815, avec Yves Gaulupeau, Presses de l'École normale supérieure, 1990. (ISBN 978-2728801503)
  • Espion : une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Gallimard, 1994. (ISBN 978-2070737796)
  • Le Monde du travail en France (1800-1950), Armand Colin, 1998. (ISBN 978-2200218171)
  • Histoire du travail, coll. Que sais-je ?, Presses universitaires de France, 2001. (ISBN 978-2130519942)
  • Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d'un massacre d'État, Gallimard, coll. « Folio. Histoire » (no 141), , 897 p. (ISBN 2-07-030770-0, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier