Agdam
Blason de Agdam
Héraldique
Agdam
Vue d'Agdam en 2008.
Administration
Pays Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Raïon Agdam
Géographie
Coordonnées 39° 59′ nord, 46° 55′ est
Fuseau horaire UTC+04:00
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Azerbaïdjan
Voir sur la carte administrative d'Azerbaïdjan
City locator 15.svg
Agdam

Agdam (en azéri : Ağdam ; en arménien : Աղդամ, Aghdam ou Ակնա Akna) est une ville d'Azerbaïdjan, chef-lieu officiel du raion du même nom. De 1993 à 2020, elle est occupée par la république autoproclamée du Haut-Karabagh et fait partie de la région d'Askeran[1]. C’est aujourd’hui une ville fantôme en ruine[2].

La ville en ruine.

ToponymieModifier

Le nom de la ville est formé des termes azéris (« blanc ») et dam (« maison ») et peut se traduire par « maison blanche ». Il ferait référence à « une maison blanche éclairée par le soleil » de Panah Ali Khan, premier khan du Karabagh au XVIIIe siècle.

En novembre 2010, le gouvernement du Haut-Karabagh lui donne le nom d'Akna[3],[4].

GéographieModifier

La ville est située dans l'ouest de l'Azerbaïdjan, près du Haut-Karabagh, à 26 km de Stepanakert (Khankendi) et à environ 110 km au sud-est de Gandja.

HistoireModifier

La ville est fondée au XVIIIe siècle dans le khanat du Karabagh qui est annexé par l'Empire russe en 1822. Agdam obtient le statut de ville en 1828[5]. À partir de 1921, elle fait partie de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan, intégrée dans l'Union soviétique.

Lors de la guerre du Haut-Karabagh, elle est prise le par les forces armées de la république du Haut-Karabagh, ce qui a pour conséquence la fuite vers l’est de ses habitants[4]. Elle est alors intégrée à la région d'Askeran mais devient une ville-fantôme située près de la ligne de front après le cessez-le-feu du . L'ONU continue de reconnaître la ville comme faisant partie du territoire de l'Azerbaïdjan conformément à la résolution 853 du Conseil de sécurité du , demandant un retrait complet de la zone par les Arméniens[6].

À l'issue de la deuxième guerre du Haut-Karabakh, un accord est conclu entre l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Russie. Il entre en vigueur le et prévoit notamment que la région occupée d'Agdam doit être restituée à l'Azerbaïdjan[7]. Le [8], les troupes azerbaïdjanaises reprennent le contrôle de l'ensemble du raion et de la ville[9] dont les habitants arméniens prennent la fuite[10].

DémographieModifier

La ville a compté jusqu’à 28 031 habitants[11].

Sites et monumentsModifier

La mosquée d'Agdam, construite entre 1868 et 1870, est le seul édifice de la ville qui soit demeuré debout mais endommagé et laissé à l'abandon depuis 1993. À la suite de la reprise de la ville en 2020, elle a retrouvé sa fonction de lieu de prières[12].

PersonnalitésModifier

  • Ramiz Guliyev (1947-), musicien azerbaïdjanais, joueur de tar, est né à Agdam.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Aude de Tocqueville et Karin Doering-Froger, Atlas des cités perdues, Arthaud, , 143 p. (ISBN 9782081314689), p. 64.

Lien externeModifier