Ouvrir le menu principal

Affaire du Motel Algiers

livre de John Hersey

L'Affaire du Motel Algiers (Algiers Motel Killings en anglais) survient à Détroit, dans l'État du Michigan aux États-Unis, dans la nuit du 25 au pendant les émeutes raciales de cette ville. Au Motel Algiers, à peu près à un mile à l'ouest des premières émeutes, trois adolescents noirs sont battus et tués par des policiers. Neuf autres personnes, deux femmes blanches et sept hommes noirs, sont sévèrement battus puis humiliés par des membres de la Detroit Police Department, de la police d'État du Michigan (Michigan State Police) et de l'Army National Guard du Michigan. Les homicides font suite à des rapports que des snipers, un tireur ou un groupe de tireurs se tenaient près du motel[1]. Dans le cas d'un homicide, aucune accusation de meurtre n'a été déposée parce que le corps a été découvert par des policiers. Deux décès ont été justifiés comme « homicide justifiable » ou « auto-défense » (justifiable homicide ou self-defense). Des accusations d'agression criminelle, de conspiration, de meurtre et de conspiration d'abus de droits civils ont été déposés contre trois policiers. Des accusations d'agression et de conspiration ont aussi été déposées contre un gardien de sécurité. Tous les inculpés ont été déclarés non coupables.

Notes et référencesModifier

  1. Edgar Z. Friedenberg, « Motown Justice », The New York Review of Books,

Articles connexesModifier