Affaire Claude Guillot

Affaire Claude Guillot
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Victoriaville
Date De 1982 à 2014.
Nombre de victimes Une cinquantaine d'enfants
Jugement
Statut 8 ans de pénitencier
Tribunal Tribunal au Québec
Date du jugement Décembre 2022

L'affaire Claude Guillot concerne le pasteur de l’Église évangélique baptiste Claude Guillot reconnu coupable de violences physiques et psychologiques sur cinq enfants. Un recours collectif est déposé, en 2021, contre Claude Guillot, les églises évangélistes de Québec et de Victoriaville, ainsi que l’Association d'Églises baptistes évangéliques au Québec supposées « complices » des abus physiques, psychologiques et sexuels que le pasteur a fait subir à ses victimes. Claude Guillot est condamné, en décembre 2022, à huit ans de pénitencier.

HistoriqueModifier

Le pasteur Claude Guillot est arrêté et emprisonné en décembre 2015. L'acte d'accusation indique qu'il a commis des voies de fait contre cinq jeunes âgés de 4 à 15 ans de 1983 à 2014. Quatre d'entre eux présentent des lésions corporelles et trois ont été séquestrés[1].

Claude Guillot aurait exercé des violences physiques sur près d’une cinquantaine d’enfants à Victoriaville et de plus aurait séquestré d’autres dans sa résidence de Québec. L'un d'eux est resté 13 ans, entre 8 et 21 ans, sans sortir de la maison du pasteur : « On parle d’une personne qui s’est carrément fait voler une partie de sa vie. Qui arrive à l’âge adulte, qui se sauve de chez monsieur Guillot, qui n’a jamais eu de compte bancaire, qui n’a pas eu d’emploi, qui à part apprendre la bible par cœur, n’a fait aucun apprentissage et qui, à toute fin pratique, est traumatisée et ne peut pas fonctionner en société »[2].

En avril 2022, le pasteur évangéliste baptiste Claude Guillot est reconnu coupable de 18 chefs d’accusation pour avoir fait subir à cinq enfants des châtiments corporels, à Québec et à Victoriaville, entre 1982 et 2014. Par ailleurs, un recours collectif est déposé contre Claude Guillot, les églises évangélistes de Québec et de Victoriaville, ainsi que l’Association d'Églises baptistes évangéliques au Québec supposées « complices » des abus physiques, psychologiques et sexuels que le pasteur aurait fait subir à ses victimes [3],[4].

Claude Guillot est condamné, en décembre 2022, à huit ans de pénitencier par le juge Christian Boulet à Québec[5],[6].

RéférencesModifier

  1. « Un pasteur fait face à 12 chefs d'accusation pour voies de fait », La Presse (Montréal),‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Les victimes de l’ancien pasteur Claude Guillot veulent réparation », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Les institutions évangélistes baptistes « complices » des abus du pasteur Guillot », Radio Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « 5,8 M$ réclamés au pasteur Guillot », Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Un pasteur baptiste condamné au pénitencier », La Nouvelle Union,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Le pasteur Guillot condamné à 8 ans de prison », Radio Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )