Ouvrir le menu principal

336e régiment d'infanterie

336e Régiment d'Infanterie
Création août 1914
Dissolution juin 1915
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
La Marne 1914
CHAMPAGNE 1914-1915
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1914-1918

Le 336e régiment d'infanterie (336e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les bataillons de réserve du 136e régiment d'infanterie.

À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.

Création et différentes dénominationsModifier

  •  : 336e Régiment d'Infanterie

Chefs de corpsModifier

  • -  : lieutenant-colonel Gracy

DrapeauModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions[1]:

Historique des garnisons, combats et batailles du 336e RIModifier

Première Guerre mondialeModifier

Affectations :

1914Modifier

Comme il l'est prévu par le plan de mobilisation, le 336e RI est levé localement. Ainsi, les dépôts des régiments de la 120e brigade d'infanterie dont il fait partie sont situés dans le département de la Manche. Le dépôt du régiment que les réservistes doivent rejoindre est situé à Saint-Lô.

Le 336e régiment d’infanterie de réserve, sous les ordres du lieutenant-colonel Gracy, était composé, à sa formation, de deux bataillons, les 5e et 6e, commandés par les chefs de bataillon Boucheaux et Etchats, et comptait 36 officiers, 123 sous-officiers et 2045 caporaux et soldats.

Première bataille de La Marne (5 - )

1915Modifier

Champagne ( - )

Traditions et uniformesModifier

InsigneModifier

DeviseModifier

Personnages célèbres ayant servi au 336e RIModifier

Fusillés pour l'exemple (voir Affaire des caporaux de Souain) :

 
Les Caporaux de Souain

Les quatre caporaux ont été officiellement réhabilités par la Cour spéciale de justice le .

  • Autre fusillé :

Élie Lescop[3], fusillé le , pour abandon de poste et mutilation volontaire, à Souain, réhabilité par la Cour spéciale de justice militaire en 1934.

Notes et référencesModifier

  1. Service Historique de la Défense, Décision No 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007
  2. « Historique du 336e RI »
  3. (fr) [1]

Voir aussiModifier