Ōbaku

(Redirigé depuis Ôbaku)
Moines et prêtres du temple Mampuku-ji de l'école Ōbaku récitant des sutras en 2008.

Ōbaku (黄檗宗, Ōbaku-shū?) est une des trois principales écoles japonaises du bouddhisme zen[1].

HistoireModifier

Le maître Yinyuan Longqi (Ingen Ryūki en japonais) se rendit au milieu du XVIIe siècle au Japon où il fonda l'école Ôbaku. Le nom de cette école était celui d'une montagne, le mont Huangbo, sur laquelle se trouvait le premier monastère de l'école, qui en demeure le siège.

Muan Xingtao fonda le deuxième monastère de l'école, près de Tōkyō.

La lignée Ōbaku fut chinoise pendant treize « générations ». Le quatorzième patriarche fut japonais.

CaractéristiquesModifier

À la pratique du chan, l'école Ōbaku ajoute certains éléments du bouddhisme de la Terre pure. L'école Ōbaku compte 463 monastères et 350 000 fidèles.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Robert E. Buswell Jr et Donald S. Lopez, The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton University Press (ISBN 0691157863), p. 600.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Helen Josephine Baroni, « Bottled Anger: Episodes in Ōbaku Conflict in the Tokugawa Period », Japanese Journal of Religious Studies, vol. 21, nos 2-3,‎ , p. 191-210 (lire en ligne [PDF]).
  • Helen Josephine Baroni, Obaku Zen: The Emergence of the Third Sect of Zen in Tokugawa, Japan, University of Hawaii Press, (ISBN 0-8248-2243-9).
  • Helen Josephine Baroni, Iron Eyes: The Life and Teachings of the Ōbaku Zen Master Tetsugen Dōko, State University of New York Press, (ISBN 0-7914-6891-7).
  • James Baskind, « The Nianfo in Obaku Zen: A Look at the Teachings of the Three Founding Masters », Japanese Religions, vol. 33, nos 1-2,‎ , p. 19-34 (lire en ligne [PDF]).
  • Vĕra Linhartová, « La culture Ōbaku et le renouveau de l'art bouddhique au Japon à l'époque des Tokugawa », Arts asiatiques, no 57,‎ , p. 114-136 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Lien externeModifier