Île Béniguet

île des Côtes-d'Armor, France

Île Béniguet
Enez Benniget (br)
Marque de l'érosion sur le littoral nord de l'île de Béniguet, retenu par sa végétation
Marque de l'érosion sur le littoral nord de l'île de Béniguet, retenu par sa végétation
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Archipel de Bréhat
Localisation Manche (océan Atlantique)
Coordonnées 48° 50′ 33″ N, 3° 01′ 06″ O
Superficie 0,18 km2
Point culminant non nommé (27 m)
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Île-de-Bréhat
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Île Béniguet
Île Béniguet
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Île Béniguet
Île Béniguet
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Île Béniguet
Île Béniguet
Îles en France

L'île Béniguet (en breton Enez Benniget, l'île bénie), est située à l'ouest de l'archipel de Bréhat. L'intérieur de l'île est une propriété privée de 18 ha.

ToponymieModifier

L'île fut tour à tour nommée Binivet, Biniwit (en 1198), Binnigueth, Biniguet (en 1202), Biniguez, Bigniguez (en 1214).

Correspond au breton benniget (« béni », mais aussi équivalent du prénom Benoît).

HistoireModifier

L'île a connu un certain passé religieux. Elle abrita la chapelle Saint Guénolé. La première mention de cette chapelle semble être celle faite dans un acte du Pape Innocent III datant de 1198. La chapelle fut vendue en 1798, puis démolie en 1864 et ses pierres furent vendues.

On raconte que vers le XVIIe ou XVIIIe siècle, Béniguet aurait servi de repaire à des contrebandiers.

Au début du XXe siècle, le comédien Georges Wague rachète une partie de l'île et y construit une villa où il invite en particulier l'écrivaine Colette.

Le site a été classé en 1980.

Travaux et environnementModifier

En 2001 et 2004 les directions régionales de l'environnement (DIREN) et de l'Équipement (DDE) ont constaté des infractions aux codes de l'urbanisme et de l'environnement, ce qui a donné lieu à un contentieux, les travaux ayant été effectués sans permis de construire ou de démolir[1]. La SCI Béniguet a été condamnée à 40 000 euros d'amende par la Cour d'Appel de Rennes en 2009 pour ces travaux.

Le , un nouveau constat a été fait sur l'île, toujours à propos de constructions illégales en raison d'infractions aux codes de l'urbanisme et de l'environnement[2].

Notes et référencesModifier