Étienne Polverel

commissaire civil de la République, délégué aux Îles françaises de l’Amérique sous le vent
Étienne Polverel
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Loge l'Amitié de Bordeaux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Étienne Polverel ou de Polverel (1738-1795) fut, avec Léger-Félicité Sonthonax, un des premiers abolitionnistes de l'esclavage en France. En tant que commissaires civils de la République à Saint-Domingue, les deux hommes prirent cette décision de façon unilatérale en août 1793 face à la révolution des esclaves de la colonie. C'est en l'avalisant que la Convention décida l'abolition générale le .

BiographieModifier

Il est né vers 1738 à Brive. Il est le fils d'Etienne Polverel (vers 1695-1775 Brive), avocat, et de Jeanne de Pascarel (vers 1762-1767 Brive) qui s'étaient mariés en 1723 à Objat[1]. Il a plusieurs frères et sœurs dont Pierre, qui devient religieux[2].

En 1766, il épouse Jeanne Julie Bousquet, fille de Pierre Bousquet "bourgeois et négociant" et de Jeanne Delort, habitants des Chartrons[3]. De leur union, naissent à Bordeaux quatre enfants : Jeanne Agathe née le ; François né le [4] ; Nicolas Alexis né le et mort à Paris en ; et Jeanne Hélène née le [2].

Il est avocat à Bayonne, puis à Bordeaux. À la suite de tensions avec les magistrats du parlement de Bordeaux, il devient avocat au parlement de Paris en 1780[5].

En 1771, il est initié Franc-maçon dans la loge L'Amitié de Bordeaux[6].

Au service de la NavarreModifier

 
Tableau de la Constitution du Royaume de Navarre, redigé et defendu par Polverel (1789)

Dans les années 1780 il est introduit par le marquis d'Olhonce dans les affaires politiques du royaume de Navarre. Il se trouve ainsi chargé par les États de Navarre de démontrer au roi Louis XVI (Louis V de Navarre), sur le plan juridique et historique, qu'en Navarre la terre avait été de tout temps libre de toute redevance, de toute servitude. Le résultat de ses recherches fut publié sous le titre "Mémoire à consulter sur le franc-alleu du Royaume de Navarre" (Paris, 1784) où il insiste sur l'indépendance du royaume, uni sur un pied d'égalité avec la France. Pour le récompenser de la qualité de son travail, il fut reçu, exceptionnellement et par dérogation, dans l'ordre de la noblesse aux États de Navarre[7].

Au début de la Révolution française, Polverel fut à nouveau chargé par les États de Navarre, avec le titre de syndic, de défendre l'indépendance du royaume de Navarre face aux atermoiements de Louis XVI/Louis V (qui n'avait toujours pas prété serment depuis son avénement) et aux intentions menaçantes de la nouvelle Assemblée nationale française. À Paris, les députés navarrais refusant de se fondre dans une assemblée étrangère, ce fut le syndic Polverel qui fit lecture à la tribune d'un texte revendiquant cette indépendance et la défense du maintien du titre de roi de Navarre. Le sort de la navarre fut cependant brusquement réglé par l'Assemblée nationale quand elle eut voté la suppession du titre de roi de Navarre pour ne laisser subsister que celui de roi des Français (). C'est dans ce contexte qu'il fit publier le "Tableau de la Constitution du Royaume de Navarre et de ses rapports avec la France" (Paris, 1789), ouvrage de référence sur les institutions navarraises.

Au service de la FranceModifier

 
Proclamation au nom de la République (en créole) par Étienne Polverel et Léger-Félicité Sonthonax, Commissaires civils de la République, Port-au-Prince le 5 mai 1793

La disparition de fait des États de Navarre ayant laissé Polverel sans employeur, celui-ci entra en 1790 au club des Jacobins et en devint secrétaire. Il s'y associa aux ennemis des colons, notamment Brissot et Sonthonax. Au début de 1791, il devint accusateur public au tribunal du 1er arrondissement de Paris ; en juin 1792, membre du conseil général de la Commune de Paris. Le , après la révocation la veille du décret du en faveur de l'égalité des Blancs et des Noirs, il demanda et obtint la radiation définitive de ses instigateurs : Barnave, Alexandre, Charles de Lameth, Goupil de Préfelne et Adrien Duport.

Devant la révolte des esclaves du Nord de Saint-Domingue, les Brissotins — ou Gironde ; Girondins — convainquirent l'Assemblée législative de voter le décret du et le firent sanctionner par le roi ainsi que l'exigeait la constitution de 1791. Ce fut la loi du qui reconnaissait l'égalité de tous les libres de couleur (mulâtres et affranchis) et des blancs. Pour la faire appliquer auprès des colons récalcitrants, l'assemblée décida l'envoi d'une troupe de 6000 hommes et d'une commission civile aux très importants pouvoirs. Polverel et Sonthonax en furent membres[8].

Les commissaires imposèrent l'égalité en ayant recours à la force. Ils abolirent les assemblées coloniales exclusivement composées de blancs et créèrent des commissions et des municipalités mixtes. Les colons se révoltèrent. Ils furent d'abord matés mais s'allièrent à l'Angleterre et l'Espagne qui, après l'exécution de Louis XVI en 1793, étaient entrées en guerre contre la France. Avec l'appui de nombreux blancs, anglais et espagnols occupèrent en quelques mois la plus grande partie de la colonie. Le , face à une révolte au Cap-Français à laquelle prenait même part le gouverneur Galbaud ; Sonthonax et Polverel promirent la liberté à tous les esclaves qui combattraient pour la République française. La situation se renversa. La ville fut pillée et incendiée et dix mille colons prirent la fuite.

Responsable de la province de l'Ouest, Polverel vint à envisager l'émancipation de tous les esclaves. Face à la nécessité de remettre en marche l'économie, il proclama le 21 septembre 1793 dans l'Ouest et le Sud (ou dès le  ? ; en fait ses proclamations des 21 et 27 août 1793 portent sur le séquestre des biens des propriétaires en fuite et sur le partage de leurs revenus[9]) l'affranchissement de tous les esclaves " à la seule condition de s'engager à continuer de travailler à l'exploitation des habitations".

Dans la province du Nord, Sonthonax décréta l'abolition générale le . En septembre et octobre, les deux commissaires généralisaient cette décision à toute la colonie.

Ils firent porter leurs décrets à Paris par trois hommes : un mulâtre, Jean-Baptiste Mills, un blanc, Louis-Pierre Dufay et un noir, Jean-Baptiste Belley. Devant leur présentation le , la Convention, enthousiaste, vota l'Abolition de l'esclavage dans les colonies françaises.

Dans un premier temps cette décision ne permit toutefois pas de rallier à la République l'ensemble des esclaves révoltés. Ce ne sera qu'en que Toussaint Louverture et ses troupes qui combattaient au côté des Espagnols, feront volte-face et refouleront en quelques mois les Espagnols.

Les partisans des colons à Paris avaient profité de la situation militaire désastreuse pour plaider contre l'arbitraire des commissaires civils auprès de la Convention. Le Comité de salut public soupçonnant Polverel et Sonthonax de travailler pour la Gironde, les deux hommes furent mis en accusation en . Le décret partit finalement en , mais conditionné sur demande des trois députés de Saint-Domingue (Dufay, Mills et Belley) par la nomination de commissaires antiesclavagistes et l'éviction de la commission d'un créole esclavagiste, Simondes. Il arriva dans la ville de Jacmel où se repliait l'armée républicaine face à l'avancée des troupes britanniques. Les deux commissaires durent quitter l'île le . Ils accostèrent au Havre deux jours après l'exécution de Robespierre et furent ainsi vraisemblablement sauvés de la guillotine.

Polverel était tombé malade à Saint-Domingue. Il ne vit pas la fin de son procès (que Sonthonax gagna) et décéda à Paris le dans le dénuement.

NotesModifier

  1. Gustave Clément-Simon, Les de Lestang, les Meynard de Lestang, les Polverel (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k67419d/f78.image.r=polverel%201738)
  2. a et b Albert Reverend, Titres, anoblissements et pairies de la restauration 1814-1830, vol. 5, , p. 395.
  3. Archives de Bordeaux, GG687, registre des mariages et sépultures de la paroisse Saint-Rémy de Bordeaux (20 janvier 1762-10 avril 1769), vues 190-191/308, copie de l'acte de mariage Polverel- Bousquet célébré à Saint-Michel de Margaux en Médoc le 14 octobre 1766 par Brunaud, prieur de Margaux.
  4. Archives Nationales, base Léonore, dossier de légion d'honneur de François de Polverel, LH/2193/13 (d'après son extrait de baptême, il a été ondoyé à Bordeaux le 26 décembre 1771 par un prêtre de la paroisse de Saint-Siméon, puis baptisé le 29 juin 1773 à Saint-Médard d'Eyrans).
  5. Almanach royal 1784, p. 376 : liste des avocats au parlement de Paris: 1780, Polverel, rue de Bourbon-Villeneuve.
  6. Bordeaux au XVIIIe siècle : Le commerce atlantique et l'esclavage Édition Le Festin Musée d'Aquitaine juin 2010 (ISBN 978-2-36062-009-8).
  7. M. P. Raymond, Inventaire des archives départementales des Basses-Pyrénées, Archives civiles, séries C et D, tome 3, Paris, 1865, p. 276.[1].
  8. "Ce colloque qui a vu pendant deux jours communications et débats d'un très haut niveau, a ceci, assez paradoxal, qu'il ne fut jamais tant parlé d'un homme dont, à part la période dominguoise, on sait finalement peu de choses, le nom de Sonthonax ayant même totalement disparu des encyclopédies et autres dictionnaires, le plus surprenant étant on absence des parutions engendrées par le bicentenaire de la Révolution. Son action et l'importance de son geste lors de sa première mission ne peuvent être dissociées de celles d'un autre homme qui en est peut-être le véritable animateur : il s'agit d'Etienne de Polverel." Pierre Bardin, « À propos du colloque sur Léger-Félicité Sonthonax : la mort de Polverel », sur ghcaraibe.org, G.H.C., Bulletin 20, page 205, (consulté le ). "Généalogie et Histoire de la Caraïbe" jouit de la protection légale sur les droits d'auteur en étant déposé au dépôt légal de la bibliothèque nationale. (BNF 34416154), (ISSN 0997-3923).
  9. « Proclamations d'Etienne Polverel, août 1793, p. 162-169 ; Proclamation de Léger-Félicité Sonthonax, p. 160-162 », sur Étienne Polverel et l’abolition de l’esclavage à Saint-Domingue (1792-1794), ou le lien entre liberté et égalité, par Magali Jacquemin, in Les Abolitions, dir. Eric Saunier, Le Havre, 2009.

SourcesModifier

  • Lettre de Polverel, syndic, député des états de Navarre, lue à l'Assemblée Nationale le , [2].
  • Opinion de M. de Polverel, sur l'aliénation et l'emploi des biens nationaux et sur l'extinction de la dette publique, lue à l'Assemblée de la Société des Amis de la Constitution, le vendredi . [3].
  • Thomas Millet,  L. J.  Clausson, Impostures de Santhonax et Polverel dévoilées à la Convention nationale, [s.l.], [s.n.],  1794 (lire en ligne)

BibliographieModifier

  • Jacques de Cauna, Haïti, l'éternelle Révolution, Port-au-Prince, Ed. Deschamps, 1997
  • François Blancpain, Etienne de Polverel, Libérateur des esclaves de Saint-Domingue, Rennes, Ed. Les Perséides, 2010
  • Jean-Daniel Piquet, L'émancipation des Noirs dans la Révolution française (1789-1795), Paris, Karthala, 2002.
  • Paul-Emile-Marie Réveillère, Polvérel et Sonthonax, Paris, Librairie militaire de L. Baudoin, , 28 p. (lire en ligne)
  • Henri Castonnet Des Fosses, La perte d’une colonie : La révolution de Saint-Domingue, Paris, A. Faivre, , 380 p. (lire en ligne), p. 111-132.

Liens externesModifier